Connectez-vous

Afrique

Présidentielle en Guinée: des commissaires de la CENI dénoncent des fraudes massives

Publié

le

Le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Bano Sow a révélé des fraudes en ce qui concerne les résultats du scrutin présidentiel du 18 octobre dernier. Un scrutin qui a connu la victoire du président sortant, Alpha Condé selon le compte rendu de la Céni.

En effet, comme certains commissaires de la commission, le vice-président de la Céni, qui est issu de l’opposition, a signé une déclaration qui propose la reprise partielle ou totale du scrutin. Ceci,  en raison d’une concentration d’anomalies constatée à l’issue du scrutin.

Il évoque notamment le refus d’afficher les résultats, le manque de transparence dans la remontée des procès-verbaux, disparitions, substitutions ou encore falsifications de PV. Par ailleurs, selon le rapport des commissaires, on  note une « concentrations d’anomalies » dans la région de la Haute Guinée. Une zone qui est réputée être un fief du pouvoir en place où certains taux de participation oscillent entre 98 et plus de 100%. De même, presqu’aucun bulletin nul dans cette zone rurale avec un fort taux d’analphabétisme, souligne encore le document. Parallèlement, on observe dans cette zone, peu de bureaux de vote annulés.

Aussi, dans ce rapport qui met en cause la sincérité des résultats, il est mentionné que lors de la totalisation des votes : « Le nombre total de suffrages exprimés ne correspondrait pas à la somme des suffrages obtenus par l’ensemble des candidats ».

Cependant, Mamady  Kaba, le porte-parole de la Céni, voit cette déclaration comme étant  une démarche « politique ». « C’est trop tard, les recours doivent être désormais portés par les candidats  auprès de la Cour constitutionnelle », a-t-il déclaré.

Pour rappel, selon le résultat provisoire proclamé par la Céni, Alpha Condé sort vainqueur du scrutin avec 59% des suffrages contre 33,5% pour son rival Cellou Diallo. Pour ce fait, Bano Sow est le troisième commissaire qui alerte sur des cas de fraudes portant sur ces chiffres.  Toutefois, reste à savoir la décision finale de la cour constitutionnelle qui  a un délai de cinq jours pour proclamer les résultats définitifs ou annuler le scrutin.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *