Connectez-vous

Société

Bénin/ Affaires d’évasions de détenus à Missérété: des militaires et policiers mis aux arrêts

Publié

le

L’affaire d’évasion de deux détenus de la prison civile d’Akpro-Missérété dans le département de l’Ouémé continue de faire des vagues. Le gouvernement du Bénin à travers son ministre de l’intérieur est en train d’entreprendre les démarches afin d’élucider cette scabreuse affaire.

En effet, mises en causes dans cette affaire, le régisseur de la prison civile de Cotonou, le capitaine Joël Fèliho et son collègue d’Akpro-Missérété, le lieutenant de police Léandre Sèdaminou ont été suspendus et placés sous mandat de dépôts par le procureur spécial près de la CRIET, Gilbert Togbonon. De même, il serait au total 18 militaires et policiers coffrés dans ladite affaire à la date du mercredi 18 novembre 2020, signale le quotidien Le Potentiel.

Notons que, ces derniers ont déjà selon le média, remplis les formalités de leur admission à la maison pénitentiaire de Missérété. Par ailleurs, le désormais ex régisseur de la prison civile de Missérété a cependant passé service ce jeudi 19 novembre 2020 au régisseur de la prison civile de Porto, Novo qui assure l’intérim.

Faut il le révéler, les inculpés risque d’avoir une peine de prison allant 6mois à 3ans. Mais aussi, des amendes allant de 50.000 à 1.000.000 Fcfa.

Qu’est ce qui c’est vraiment passé ?

Tout est parti d’un plan d’évasion en préparation qui a fuité. Les prisonniers voulaient, en effet, provoquer une émeute au cours de laquelle les deux prisonniers, qui se sont évadés de Missérété, allaient profiter pour s’échapper.

Informé, le régisseur de la prison civile de Cotonou, après avis de sa hiérarchie, a procédé le samedi 24 Octobre 2020 au transfert de ces deux éléments à la prison d’Akpro-Missérété, le samedi 24 octobre 2020. A la grande surprise, les deux détenus transférés se sont échappés de la prison de Missérété, réputé être l’une des prisons les plus sécurisées de la région au lendemain de leur transfert soit le lundi 24 Octobre 2020.

Il faut préciser que l’un des détenus est un militaire de grade caporal, 41 ans, emprisonné à la maison d’arrêt de Cotonou depuis le 02 octobre 2019 pour des faits constitutifs d’infraction de complot contre l’autorité de l’Etat. L’autre détenus Judicaël Alozounhe, 43 ans, est quant à lui un civil poursuivi pour des faits d’association de malfaiteurs et également pour des faits de détention, d’achat, de culture illicite d’un dérivé de cannabis, autre que l’huile de cannabis, pour consommation personnelle.

Le ministre de l’intérieur Sacca Lafia, ayant appris la nouvelle a joint le directeur général de la police républicaine pour s’informer du traitement fait de ce dossier. Il a donné des instructions pour que les textes en la matière soient rigoureusement appliqués à toutes les personnes reconnues coupables de cette évasion.

Toutefois, les deux régisseurs des prisons de Cotonou et d’Akpro-Missérété ainsi que tous des hommes en uniforme mises en causes dans cette affaire seront bientôt jugés suivant la procédure d’instruction du dossier.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *