Connectez-vous

Monde

France/Affaire expulsion de Guillaume Soro: la réplique glaciale de l’opposant ivoirien à Macron

Publié

le

Lors d’une interview accordée au magazine Jeune Afrique, le président fraançais Emmanuel Macron a confirmé l’expulsion de l’opposant ivoirien. Pour autant, le locataire de l’Elysée a justifié les raisons ayant conduit à une telle décision de son administration.

En exil France depuis le 23 décembre 2019, le président de Générations et peuples solidaires (GPS) ne cesse de lancer des piques au pouvoir d’Alassane Ouattara. Les déclarations de l’ex chef rebelle, se sont encore plus multipliés dans la période pré et post électoral en Côte d’ivoire. Dans l’une de ses dernières sorties, l’ancien Premier ministre, ministre de la Défense, a appelé l’armée ivoirienne à s’opposer au 3e mandat d’Alassane Ouattara. Appel qui a suscité la colère des autorités françaises qui ont vite fais de l’expulser.

« Il n’a pas à créer le désordre et sa présence n’est pas souhaitée, sur notre territoire, tant qu’il se comportera de cette manière », avait lancé le Président Macron dans son interview. Cependnat ; la réponse de l’ancien chef rebelle ne s’est pas fait attendre.

Dans une série de tweets publiés sur son compte personnel, Guillaume Soro a tenu à apporter la réplique aux propos du président français. « J’ai lu les propos du Président Emmanuel Macron me concernant. Je ne les commenterai pas. L’Europe demeure un espace de liberté variable. Je continuerai à m’opposer au viol de la Constitution de mon pays de toutes mes forces », a déclaré l’ancien Président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

« Le déstabilisateur, c’est celui qui met les leaders politiques en prison. Qui fait décapiter un jeune Ivoirien pour imposer la loi du canon et des milices. Tenez, l’Afrique a Amnesty International pour défendre la cause des persécutés. Pas un mot pour les plus de 100 morts en Côte d’Ivoire. Ce sont des nègres. Bravo ! », a-t-il poursuivi.

Par ailleurs,  « la stabilité de la Côte d’Ivoire ne réside pas dans le maintien d’un monarque au pouvoir. Le seul antidote à l’instabilité demeure la démocratie, donc le respect de la Constitution ivoirienne. Personne ne m’obligera à admettre que Ouattara est dans son droit de violer la Constitution. La présidence à vie en Afrique, je m’y opposerai toujours » a fait remarquer l’opposant ivoirien. Toutefois, Guillaume Soro affirme qu’il ne renoncera jamais à sa  liberté de parole.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *