Connectez-vous

Monde

Pacte de Corruption en France: le procès de Nicolas Sarkozy suspendu

Publié

le

Aussitôt ouvert, aussitôt suspendu. Le procès de l’ancien président de la France jugé à partir de ce lundi n’a plus eu lieu en raison de l’absence d’un co-accusé.

L’ancien juge Gilbert Azibert, 73 ans, n’était pas à l’audience pour des raisons médicales. Il est aussi un co-accusé de l’ancien président dans le procès sur le pacte de corruption. Le tribunal correctionnel a ordonné « une expertise » de son état de santé. C’est le principal motif de la suspension de ce procès annoncé à grand bruit. Monsieur Sarkozy est pointé du doigt dans une affaire des écoutes téléphoniques. Une affaire liée au dossier de soupçon de financement libyen de sa campagne présidentielle en 2007.
Placé sur écouté en 2014 par les juges, Nicolas Sarkozy utilisait une ligne secrète, sous le pseudonyme « Paul Bismuth », pour communiquer avec son avocat Thierry Herzog. Selon les chefs d’accusation, certaines conversations ont révélé l’existence d’un pacte de corruption ou l’ex-président envisageait apporter un « coup de pouce » à M. Azibert pour l’aider à obtenir un poste dans la Principauté de Monaco qu’il convoitait. Un poste que le magistrat n’a jamais obtenu. Nicolas Sarkozy est arrivé autour de 13 heures entouré d’une nuée de caméras.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *