Connectez-vous

Afrique

Covid-19 : le Madagascar prend une décision forte contre le vaccin

Publié

le

Les autorités malgaches ne souhaitent pas acquérir le nouveau vaccin contre la Covid-19 qui se prépare à être distribué dans le monde entier après validation. La porte-parole du gouvernement l’a confirmé le jeudi 26 novembre à RFI. À l’en croire, le Madagascar veut donner une priorité à ses remèdes locaux. « Nous en avons discuté mardi soir en Conseil des ministres, explique la porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. Nous ne nous positionnons pas encore par rapport au vaccin. En d’autres termes, nous ne nous inscrivons pas sur la liste des pays futurs bénéficiaires. »

En effet le pays avait jusqu’au 7 décembre pour s’inscrire sur la liste des pays bénéficiaires de ce vaccin, mais le président malgache s’y est opposé jusqu’à présent malgré qu’il reçoit des pressions de l’extérieur. « un très gros lobbying était en cours pour pousser Madagascar à adhérer à cette initiative mondiale », a confirmé un bailleur étranger à Rfi. Néanmoins, selon un expert en santé publique, le fait de ne pas avoir ce vaccin serait sans conséquence sur la population.

« Médicalement, précise un expert en santé publique, ne pas avoir accès au vaccin ne devrait pas être une catastrophe pour la population malagasy puisqu’elle semble avoir été assez résiliente à la maladie. Mais quand on voit les conséquences du Covid-19 sur le système de santé, sur les activités économiques et sociales du pays, on sait que le vaccin pourrait éviter la deuxième vague, qui risque, elle, d’être catastrophique économiquement pour l’île. Donc en termes de santé publique, c’est aberrant de refuser un vaccin qui ne va quasiment rien coûter à un État », a-t-il fait savoir.

Pour l’instant, le gouvernement malgache a confirmé préférer mettre l’accent sur ses médicaments développés localement à l’instar du Covid Organics, un remède traditionnel vanté par le président pour ses effets préventifs et curatifs sur le virus. « Nous attendons de voir d’abord l’efficacité du vaccin dans les pays qui l’utiliseront en premier », a conclut la porte-parole du gouvernement.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *