Connectez-vous

Monde

Argentine: Le médecin de Diego Maradona fait l’objet d’une enquête judiciaire

Publié

le

Leopoldo Luque, le médecin de Diego Maradona est dans un sale pétrin. En effet, 5 jours après le décès de la légende Diego Maradona, son médecin personnel fait l’objet d’une procédure pénale. A en croire l’agence de presse argentin Telam, le médecin est mise en cause pour négligence médicale.

Notons que cette enquête a été déclenchée par les déclarations de Dalma, Gianinna et Jana, trois filles de Maradona, sur la manière dont le problème cardiaque de leur père a été géré dans sa résidence de Tigre, au nord de la capitale argentine. A cet effet, la police a fait une descente au domicile et au Cabinet du médecin, ce dimanche 29 novembre 2020.

En outre, les enquêteurs s’intéressent aussi à tout le personnel médical impliqué dans les soins de l’ancien footballeur argentin. Par ailleurs, l’ambulance d’urgence demandée par la famille, lorsque Maradona a piqué sa crise, est également mis en cause pour son retard qualifié « d’idiotie criminelle » par la famille et l’avocat de l’ancien joueur.

Leopoldo Luque se défend

Lors d’une conférence de presse télévisée ce même dimanche, le médecin de Diego Maradona s’est prononcé sur les accusations dont il fait face. Pour sa défense, Leopoldp Luque dit avoir faire « tout ce qu’il pouvait, jusqu’à l’impossible » pour un patient qui « faisait ce qu’il voulait ». Pour le médecin âgé de 39 ans, le légendaire footballeur loin d’être  « un ami », était « comme un père, pas comme un patient ».

« Vous voulez savoir de quoi je suis responsable ? De l’avoir aimé, de m’être occupé de lui, d’avoir prolongé sa vie, de l’avoir améliorée jusqu’à la fin », a-t-il déclaré devant le parterre de journaliste étant à la conférence. « Je suis la personne qui s’occupait de lui (depuis l’opération). Je suis fier de tout ce que j’ai fait. Je n’ai rien à cacher. Je suis à la disposition de la justice », a ajouté le Dr Luque.

Par ailleurs, l’homme de santé a souligné des faits qui suscitent d’interrogation.  Il ne sait pas pourquoi il n’y avait pas de défibrillateur en cas d’attaque cardiaque dans la résidence du défunt joueur. Aussi, « une psychiatre avait demandé qu’il y ait toujours une ambulance devant chez lui. Je ne sais pas qui est responsable du fait qu’il n’y avait pas d’ambulance (ce jour-là) », poursuit le neuro-chirurgien.

Toutefois, s’il s’avère que les soupçons à l’égard du médecin venaient à être confirmés, la mort de Diego Maradona pourrait se définir comme un homicide involontaire.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *