Connectez-vous

Education

Harcèlement sexuel à l’Université : Arifari Bako donne son avis sur la question

Publié

le


L’universitaire et député à l’Assemblée nationale, Arifari Bako, a évoqué la question du harcèlement sexuel en milieu universitaire dans l’une des parutions du quotidien Fraternité le mercredi 06 janvier 2021. Selon ses dires, les responsabilités sont partagées entre enseignants, étudiantes et parents.

« Je peux vous dire en tant qu’enseignant, lorsque vous êtes en face de vos étudiants, tous sexes confondus, avec certains comportements, quelle que soit votre éthique, vous avez des questionnements », a d’abord affirmé l’universitaire avant de relativiser. « Je voudrais qu’on relativise. Il y a certainement des enseignants qui s’y trouvent, mais il y en a quand même, la majorité qui respecte l’éthique et la déontologie du métier », a-t-il fait savoir.

En plus de cela, il a également évoqué le mode vestimentaire « inadmissible » et des « postures indélicates » des étudiantes. Pour le parlementaire, « le harcèlement peut ne pas être le fait de l’enseignant directement ». A l’en croire, « Il y a des gens qui jouent des intermédiaires ». Pour finir, il a partagé son expérience au moment où il enseignait à l’Université de Cologne en Allemagne.

« Je peux vous dire que pour recevoir nos étudiantes, ma technique était de garder la porte de mon bureau ouverte parce que les enseignants hommes surtout sont pris dans un engrenage, dans une certaine peur étant donné que vous pouvez être dénoncé même de manière malveillante », a-t-il laissé entendre.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *