Connectez-vous

Economie

Bénin : Lionel Zinsou se prononce sur l’économie béninoise

Publié

le


L’ancien premier ministre du Bénin, Lionel Zinsou a accordé un entretien à Jeune Afrique dans lequel il a évoqué la double émission d’eurobonds réalisée par le Bénin le 13 janvier 2021. À l’en croire, les deux émissions font l’histoire du Bénin.

« C’est effectivement très frappant. C’est la première émission de ce type de l’année, qui a été en outre été suivie d’une émission de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), également spectaculaire. Ces deux émissions font l’histoire. On ne le dit pas assez, mais il s’agit d’un basculement », a confié Lionel Zinsou à Jeune Afrique.

Pour l’ancien premier ministre de Yayi, ces emprunts réalisés est liés au faible taux d’intérêt et de la maturité de la BOAD qui a également émis un emprunt obligataire sur le marché de l’UMOA. « D’abord, le prix de la dette est de plus en plus bas. Deuxièmement, parce que la maturité est longue : les trente ans du Bénin et les douze ans de la BOAD, c’est du jamais-vu dans cette zone du monde. Troisièmement, ces émissions ont été sursouscrites, avec des investisseurs venus du monde entier, et notamment d’Asie, particulièrement pour l’eurobond de la BOAD. Cet intérêt de l’Asie aussi, c’est complètement nouveau », a-t-il affirmé.

Pour rappel, le gouvernement béninois a fait une émission obligataire à hauteur de 1 milliard d’euros, soit 656 milliards de Francs CFA sur les marchés internationaux. Néanmoins, le gouvernement entend anticiper le financement de 65% du montant nominal de l’Eurobond 2026 du Bénin soit 324 millions d’euros et financer le budget 2021 de l’Etat ainsi que les projets phares du PAG.

Extrait de l’entretien de Lionel Zinsou qu’il a accordé à Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Le Bénin vient d’émettre des Eurobonds pour 1 milliard d’euros. Est-ce un signe que les marchés internationaux font confiance au pays ?

Lionel Zinsou : C’est effectivement très frappant. C’est la première émission de ce type de l’année, qui a été en outre été suivie d’une émission de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), également spectaculaire [la cotation officielle de cet emprunt, de 750 millions sur douze ans, à 2,75 % d’intérêts, est prévue le 22 janvier 2021]. Ces deux émissions font l’histoire on ne le dit pas assez il s’agit d’un basculement. D’abord, parce que le prix de la dette est de plus en plus bas. Deuxièmement, parce que la maturité est longue : les trente ans du Bénin et les douze ans de la BOAD, c’est du jamais-vu dans cette zone du monde. Troisièmement, ces émissions ont été sursouscrites, avec des investisseurs venus du monde entier, et notamment d’Asie, particulièrement pour l’eurobond de la BOAD. Cet intérêt de l’Asie aussi, c’est complètement nouveau.

Enfin, quatrièmement, et même si il y a incontestablement beaucoup de liquidités internationales, et pas beaucoup d’offres , ces émissions réussies montrent que les investisseurs révisent leurs positions sur l’Afrique, sur la perception du risque.

Personne n’aurait parié que le Bénin pourrait proposer une telle maturité. Nous sommes donc face à un vote de confiance, un plébiscite des capitaux. Enfin, et c’est le plus important, le niveau de taux du Bénin à dix ans (4,8 %) et encore plus celui de la BOAD (2,75 % ), sont à mettre en rapport avec le taux de croissance du PIB en valeur (inflation comprise) qui est projeté entre 7 et 9 % donc soutenable.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *