Connectez-vous

Monde

Russie: Le bras de fer entre Vladimir Poutine et Alexeï Navalny se joue ce mardi

Publié

le

Arrêté, assigné à résidence et condamné au cours de ces dix dernières années, à des peines légères, ou avec sursis, les choses pourraient se compliquer pour le principal adversaire politique de Alexeï Navalny. Accusé de ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire (dans l’affaire Yves Rocher pour laquelle il fut condamné en 2014 avec son frère Oleg), Alexeï Navalny risque deux à trois années de prison ferme. 

En effet, les autorités pénitentiaires, chargées de l’application des peines en Russie, lui reprochent de ne pas s’être rendu aux convocations qui lui ont été faites en 2020, et notamment à la fin de l’année alors qu’il se trouvait en Allemagne pour y être soigné après avoir été la victime d’un empoisonnement au Novitchok. 

Selon Ivan Jdanov, ainsi que pour tous les partisans d’Alexeï Navalny, leur leader serait en réalité la victime d’un double acharnement, politique et judiciaire, destiné à le faire taire.

« Vladimir Poutine avait personnellement autorisé l’entourage d’Alexeï Navalny à le rapatrier en Allemagne pour qu’il soit soigné. En échange, il s’attendait à ce que Navalny respecte certaines limites. Or, dès qu’il a été guéri, il a déclaré que c’était Poutine qui avait ordonné son empoisonnement… Il l’a accusé, et c’est peut-être pour cette raison que Poutine s’acharne contre lui ! », a déclaré Alexander Baunov, du Centre Carnegie de Moscou.   

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *