Connectez-vous

Actualité

France : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison dans l’affaire des « écoutes »

Publié

le

L’ex président français Nicolas Sarkozy a été fixé sur son sort ce lundi 1 mars 2021 dans l’affaire dite des « écoutes ». Ce dernier est reconnu coupable de « corruption et trafic d’influence » par le tribunal correctionnel de Paris. Ainsi, il écope d’un an de prison ferme et deux autres assortis de sursis dans ladite affaire. Cette peine encouru par l’ex Chef d’Etat est la même pour  ses co-accusés, dont son avocat Me Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert. Par ailleurs, Me Thierry Herzog en dépit de ce verdict est appelé à ne plus exercer le métier d’avocat pendant 5ans.

Pour, la présidente de la 32e Chambre correctionnelle dudit tribunal, Christine Mée qui a pendant près de 45min, fait état des charges qui pèsent contre l’ex président et ses co-accusés, il s’agit d’un « pacte de corruption » entre ceux-ci. A l’en croire, Nicolas Sarkozy, qui a été « garant de l’indépendance de la justice, s’est servi de son statut d’ancien président pour gratifier un magistrat ayant servi son intérêt personnel », rapporte le média Le Monde. Ainsi, cette sentence est équivalente aux faits reprochés aux accusés, selon elle.

Par ailleurs, l’ex président contre faire appel contre cette décision du tribunal qui n’a cependant pas mis en exécution le verdict. « Nous allons former un appel contre cette décision », a annoncé Jacqueline Laffont, avocate de Nicolas Sarkozy.

Faut-il le rappeler, Cette affaire des « écoutes » remonte de l’an 2014 peut après le départ de l’ex président du pouvoir.  A l’époque, le parquet national financier (PNF) enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy. Les enquêteurs découvrent une ligne officieuse, secrète, ouverte au nom de Paul Bismuth sur laquelle Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog échangent. Ce qui a valu l’ouverture d’un procès contre ceux-ci. Toutefois, Nicolas Sarkozy entre dans l’histoire de la France en devenant ainsi, le deuxième ancien président condamné sous la Ve République, après l’ex Chef d’Etat Jacques Chirac en 2011.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *