Connectez-vous

Politique

Arrestation de Réckya Madougou : Les recommandations du collectif des forces de l’opposition

Publié

le

Comme prévues, les responsables du Font pour la Restauration de la Démocratie (FDR) étaient face à la presse ce vendredi 05 mars 2021, avec à leur côté ceux du Groupe national de contact (GNC). Ceci, afin de se prononcer sur l’arrestation de l’opposante Reckya Madougou.

Pour le collectif, l’arrestation de la candidate recalée du parti « Les Démocrates », est pure politique. Selon eux, il s’agit purement d’un scénario orchestré par les autorités béninois. Ceci, afin de salir la réputation de l’opposante.

Sinon, « Jusqu’à son arrestation, Mme MADOUGOU, n’a reçu ni du Procureur Spécial, ni de la BEF aucune convocation et que par ailleurs, elle a déjà fait savoir qu’elle ne s’enfuirait pas du Bénin. Ainsi en choisissant de la kidnapper en pleine circulation et sur un pont, le Gouvernement a décidé d’humilier une personnalité politique sans précédents judiciaires », a indiqué le porte-parole de ce collectif des forces de l’opposition.

Il s’agit ainsi, selon le collectif, « d’un acte extrêmement grave, un acte inédit au Benin depuis les premières élections libres et ouvertes du Renouveau démocratique ».

Advertisement

Les 7 exigences du FRD et du GNC

Pour autant, le FRD et le GNC ont émis des recommandations qui se résument au nombre de sept.

1- ils exigent la libération immédiate et sans condition de Reckya MADOUGOU afin que cessent sa capture et la torture morale que lui impose la police ;

2- ils tiennent le Président Patrice TALON personnellement responsable de la dégradation continue du climat politique et de la mise en péril de la sécurité des citoyens et de la paix dans notre pays ;

3- ils demandent au peuple béninois de se tenir prêt sur l’ensemble du territoire, pour défendre par tous les moyens constitutionnels, son droit inaliénable de demeurer le seul maître de son destin pour restaurer la démocratie et la paix dans notre pays ;

Advertisement

4- ils se réservent le droit d’apprécier la situation et de prendre, au moment opportun, les mesures urgentes qu’appelle la situation ;

5- renvoient le Président Patrice TALON au serment qu’il a prêté à Porto-Novo le 6 avril 2016 devant la Cour constitutionnelle et dont procès-verbal a été dûment dressé et rangé ;

6- appellent, en conséquence, le Président TALON au strict respect de ce Serment constitutionnel qui fixe de façon irrémédiable et infalsifiable la fin de son mandat au 5 avril 2021 à minuit ;

7- appellent de nouveau l’attention de la Communauté internationale et des organisations sous-régionales sur la liquidation des acquis démocratiques au Bénin, les atteintes manifestes à l’État de droit, les violations des droits de l’homme qui contribuent de façon constante à la dégradation du climat politique et constituent des menaces à la paix et à la sécurité au Bénin.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *