Connectez-vous

Opinions

Motsepe : la minorité qui a fait l’unanimité !

Publié

le

Plébiscité à la tête de la Confédération Africaine de Football (CAF) lors du 43è congrès qui s’est tenu le vendredi 12 mars 2021 au Royaume chérifien, le Sud-africain Patrice Motsepe a mis le holà sur la rude bataille tant attendue. La maison solidement tenue et sans partage pendant 29 ans par le Patriarche de Garoua, Issa Hayatou à qui il a été reproché de manger comme un moineau à cause de son manque de visions pour le football africain est désormais en proie à la stabilité. 

Successeur du Malgache Ahmad Ahmad dont la gestion lors des quatre dernières années à la tête de l’instance faîtière du football africain est passée sous les fourches caudines, le président du club sud-africain de Mamelodi Sundowns (13 titres de champion d’Afrique du Sud, 5 Coupes d’Afrique du Sud, 1 titre de la Ligue africaine des champions et 1 titre de la Super coupe de la Caf. Ndlr) semble être bien verni. Membre influent du Congrès national africain (ANC), le Parti de l’emblématique Nelson Mandela, il a réussi grâce à la maestria de Gianni Infantino à faire l’unanimité autour de sa candidature. Ainsi, l’Ivoirien Jacques Anouma considéré d’ailleurs comme le plus expérimenté, le Sénégalais Augustin Senghor et le Mauritanien Hamed Yahya tous de l’Afrique de l’Ouest Francophone étaient dans le starting-block.

Mais à l’arrivée, frappés au coin du bon sens, ils ont présenté les armes à la va comme je te pousse selon un protocole d’accord de Rabat. Dépositaire de jeu comme ce fut le cas lors de l’élection surprise d’Ahmad Ahmad face à Issa Hayatou, le président de la FIFA Gianni Infantino, tel dans un match de football détermine les phases de jeu et imprime son rythme. Bras armé de Patrice Motsepe le seul Anglophone, Ginanni Infantino  n’a pas brûlé la chandelle par les deux bouts pour faire courir ventre à terre les autres prétendants. Si ce n’est pas un complot qui est en train d’être ourdi contre le football africain ; le consensus trouvé, l’unanimité qui est faite autour du nouvel homme fort de la CAF va rester pour la postérité et sera de bon augure pour un sport roi qui a traversé les âges sans atteindre les cimes internationales. Augustin Senghor, Hamed Yahya héritent déjà des postes de 1er et 2è vice-présidents.

Un poste de prestige de Conseiller spécial du président serait promis au Sage Jacques Anouma alors que le Patriarche Issa Hayatou est fait président d’honneur depuis quelques mois. Maintenant que toutes les bonnes intelligences et les bonnes ambitions sont mises ensemble au service du football africain, il n’y a plus de raison pour parachever la métamorphose. Patrice Motsepe dispose de toutes les cartes en main pour révolutionner cette « Nouvelle CAF » qui portera ses griffes. Il est le seul maître à bord pour réussir cette célèbre aventure. « La culture nouvelle commence là où le travailleur et le travail sont traités avec respect disait Maxime Gorki. Alors, Welcome Motsepe ! 

Advertisement

Ambroise ZINSOU/Chroniqueur, Analyste Sportif

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *