Connectez-vous

Politique

Bénin : Des conditions de détention inhumaine pour l’opposante Réckya Madougou

Publié

le

Arrêtée et détenue à la prison civile de Akpro-Missérété pour des faits qualifiés « association de malfaiteurs et du terrorisme », la candidate recalée du parti d’opposition Les Démocrates, à la présidentielle du 11 avril prochain, Reckya Madougou craint pour sa vie. Face aux médias, mercredi 17 mars 2021, ces avocats dénoncent des conditions carcérales assez corsées. Pendant que la polémique enfle sur la véracité des faits à lui reprochés, et que le Front de l’opposition pour la restauration de la démocratie (Frd) au Bénin, appelle à sa libération immédiate, le porte étendard des Démocrates serait soumis à un régime carcéral assez particulier.

« L’heure est  très grave. La vie de Reckya Madougou est en danger. On a restreint de cinq (05) à trois (03) jours le nombre de visites par semaine que peut lui rendre sa maman », dénonce Me Sadikou Alao avant d’ajouter que les visites de sa mère ne peuvent durer au-delà de cinq (05) minutes. Aussi, l’ancienne ministre de la justice sous Boni Yayi, n’entend pas se nourrir avec ce qu’elle ne connait pas » et qui lui est apporté par « des gens en qui elle n’a aucune confiance ». Me Sadikou Alao indique alors que « sur quatre (04) jours, elle n’aura pas à manger ».

Déjà, c’est un secret de polichinelle, qu’au Bénin, les conditions de détention ne sont pas des plus reluisantes. A juste titre, la Conférence épiscopale au terme de séance du 16 au 18 mai dernier, ont invité les pouvoirs publics à œuvrer à l’amélioration des conditions de détention dans les prisons du pays. Car, le respect de la dignité humaine est un principe fondamental de la doctrine sociale de l’Eglise Catholique Romaine. « Au cours de leurs activités pastorales dans les maisons d’arrêt du Bénin, Il a été donné aux Évêques de constater la surpopulation carcérale et les conditions de vie difficiles des détenus », avait déclaré Eugène Houndékon, Évêque d’Abomey.

Quid de ses progénitures…

Selon Me Victorien Olatoundji Fadé, l’ex ministre Reckya Madougou n’a droit qu’à la visite de sa mère et de ses avocats. C’est que depuis son incarcération le 5 mars 2021, elle n’a pas encore vu ses enfants encore mineurs. Il explique également que sa cliente est privée de discuter sereinement avec ses avocats, car une caméra a été installée pour voir et entendre Reckya Madougou lorsqu’elle se retrouve avec ses avocats. A en croire Me Victorien Olatoundji Fadé, l’opposante Reckya Madougou se plaint de douleur au ventre et au dos. Sa santé s’est détériorée.

A juste titre, Me Sadikou Alao lance un appel à l’endroit des représentations diplomatiques et des organisations des nations unies au Bénin, qui sont invité à aller constater de visu, les conditions de détention de l’opposition au régime du président Patrice Talon, candidat à sa propre succession pour le compte de la présidentielle du 11 avril 2021.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *