Connectez-vous

Monde

Nouvelles mesures restrictives: Emmanuel Macron déclenche la colère des français

Publié

le

Le président français a annoncé de nouvelles mesures pour contrer la propagation du coronavirus. C’était le mercredi 31 mars 2021.

Emmanuel Macron n’est plus en odeur de sainteté avec la plupart de ses citoyens. Ayant annoncé de nouvelles mesures restrictives et a appelé les français à se mobiliser pour le mois d’avril, beaucoup de voix se sont élevées pour critiquer ses décisions. Dans son discours, le président français a décidé d’étendre les restrictions déjà en vigueur dans 19 départements à tout le pays. Ceci, pendant une période de quatre semaines, à compter du samedi 03 avril.

Il a également annoncé la fermeture des écoles, crèches, collèges et lycées pendant trois semaines. Quant aux étudiants, ils pourront continuer à se rendre à l’université une journée par semaine. En plus de ces mesures, le chef de l’État français a laissé entendre que les cours se feront désormais à la maison. Le pays entier sera placé également en vacances de printemps pour les deux prochaines semaines. Ensuite, la rentrée pourra démarrer le 26 avril en présentiel pour les élèves de maternelle et primaire. Mais en distantiel pour les collégiens et lycéens.

Advertisement

« Je sais que cette réorganisation implique de changements profonds pour les parents d’élèves et pour les familles, mais c’est la solution la plus adaptée pour freiner le virus, tout en préservant l’éducation et donc l’avenir de nos enfants », a affirmé Emmanuel Macron.

Des réactions après le discours de Macron

Après la sortie médiatique d’Emmanuel Macron, plusieurs politiciens ont réagi aux mesures annoncées par le président français. Pour Marine Le Pen, présidente du RN, « les mesures annoncées par Macron résultent notamment d’un Waterloo vaccinal dont il n’assume pas la responsabilité. Ce sont hélas les Français qui paient les conséquences de ces retards, de cet orgueil, de ces incohérences, avec un impact lourd sur leur vie quotidienne », a-t-elle déploré.

Meme son de cloche du coté de Jean-Luc Mélenchon, leader de LFI. Il a jugé « Macron incohérent. Les élèves : les uns à l’école, les autres à la maison. Couvre-feu sans alternance des horaires de travail = la cohue. Purificateur d’air ? Masque FFP2 Gratuit ? Licence libre des vaccins ? Rien. Désolant », a affirmé Mélenchon très amer.

Julien Bayou, secrétaire national EELV, est également très critique après l’allocution du président français. « Un président omniscient décide de tout, tout le temps et pour tout le monde. Le Parlement s’occupera du reste. Le « pari » morbide est perdu. Nous en payons le prix. À privilégier l’économie au détriment de la santé, nous perdons sur les deux tableaux », a-t-il laissé entendre.

Advertisement

Toutefois, du côté des soignants, l’on est à l’optimisme. Pour Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou à Paris, « on a pris beaucoup de retard, il y a eu de la procrastination, on va le payer très cher ». Et de poursuivre : « On nous demande de faire des efforts (le personnel soignant), on va le faire, mais ça va être très compliqué », a-t-il laissé.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *