Connectez-vous

Actualité

Présidentielle du 11 avril 2021 : le gouvernement évoque les cas de fraudes et prévoit des sanctions

Publié

le

Les membres du gouvernement étaient face à la presse ce mardi 13 avril 2021. Ils ont évoqué des sanctions sévères à l’encontre des cas de fraudes diffusées sur les réseaux sociaux. C’était à la salle Fleuve Jaune du ministère des affaires étrangères.

Le gouvernement béninois prévoit des sanctions sévères à l’encontre des fraudeurs lors du scrutin 11 avril. Ce qu’ont laissé entendre le Ministre de la Justice, Séverin QUENUM, de la Communication Alain OROUNLA, et le Directeur de la Communication de la Présidence de la République, Wilfried Léandre HOUNGBEDJI.

Au menu de cette sortie du Gouvernement, les clarifications nécessaires sur les images qui circulent depuis quelques heures sur les réseaux. Dans ces images, on voit clairement des individus estampillés, sans aucune crainte, des bulletins de vote et apposer des empreintes en lieu et place des électeurs. Pour le Ministre de la Justice, « ce qui s’est passé est suffisamment grave pour rester impuni ». Il a donc d’ores et déjà instruit les Procureurs territorialement concernés pour l’ouverture des enquêtes aux fins de déférer devant les juridictions compétentes les auteurs de ces actes.

‹‹ Nous avons le sentiment que c’est fait à dessein. Quoi qu’il en soit, que nous soyons en présence de fraude ou de simulation de fraude, ce qui s’est passé est suffisamment grave pour ne pas être sanctionné ››, a insisté Séverin Quenum. À l’en croire, il s’agit des procédés d’un autre âge qui, manifestement, ont été perpétrés à dessein pour discréditer le processus électoral conduit de bout en bout par le Gouvernement.

Le ministre dit ne pas comprendre comment des individus qui savent qu’ils sont en train de frauder, se laissent filmer sachant bien que les images serraient diffusées. Pour lui, ces actes seraient posés pour jeter du discrédit sur la tenue du scrutin. Ceci, en dépit des appels au boycott, à la défection commanditée d’agents électoraux aussitôt remplacés par la CENA.

« L’honneur du Bénin est sauf et ces petits jeux n’entachent pas la crédibilité du scrutin » a déclaré le ministre porte parole du gouvernement, Alain OROUNLA, qui rassure, tout comme le Ministre de la Justice, que les auteurs répondront de leurs forfaits.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *