Connectez-vous

Société

Bénin: la CSTB invite les travailleurs à 48h de grève dès le 21 avril

Publié

le


Ça grogne dans le rang des travailleurs de la CSTB. Cette organisation syndicale a décidé d’aller en grève de 48 heures pour exiger que ses revendications soient satisfaites.

48 heures de grève, c’est ce qu’a décidé la Confédération Syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB). Elle a décidé d’aller en grève à l’issue de son Assemblée générale qui s’est tenue le 14 Avril 2021 à Allada. Après avoir discuté, les travailleurs ont décidé d’une grève de 48 heures pour exiger du gouvernement, la satisfaction de leurs besoins. Pour le secrétaire général de cette confédération, Nagnini Kassa Manpo, la grève a été projetée pour faire connaitre au gouvernement, le mécontentement des travailleurs et lui exiger de se pencher sur les problèmes des travailleurs qui continuent de lutter contre la faim.

« Nous avons décidé d’aller en mouvement, de nous lever dans tous les services, de nous réunir, de faire AG pour dire qu’on n’est pas content, de faire sit-in les matins pour dire qu’on n’est pas content et de faire grève aussi. On va faire grève pour dire qu’on n’est pas d’accord ›› , a confié le SG Kassa Mampo. Il a laissé entendre que les enseignants veulent désormais travailler pour nourrir leurs familles. A l’en croire, une synthèse des revendications des travailleurs est déjà adressée au ministre de tutelle.

Liste des revendications
Les travailleurs évoquent comme revendications :

La revalorisation du point indiciaire et du SMIG à hauteur de 50% au moins et la hiérarchisation des salaires dans le privé,
La réintégration dans les effectifs des agents de la fonction publique de tous les agents victimes des décisions arbitraires de radiation depuis 2016,
La levée de la décision portant suspension du décret portant élection des recteurs et des doyens dans les universités du Bénin,
Le renouvellement automatique du contrat administratif à durée indéterminée de tous les agents contractuels de l’Etat, notamment les enseignants des promotions de 2014 et de 2016,
La suppression des décisions portant augmentation du prix de l’électricité au KWh, de l’eau et de la TVA sur les produits de premières nécessités,
La prise d’un acte par le gouvernement intégrant dans les effectifs des agents contractuels de l’Etat, tous les enseignants admis aux différents tests organisés par le gouvernement et déployés dans les établissements d’enseignement primaire, secondaire sous le statut d’aspirants.
Les travailleurs s’insurgent également contre les salaires politiques qui gonflent au moment où les travailleurs sont soumis à la faim.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *