Connectez-vous

Afrique

Détention du Pr. Frédéric Joël Aïvo : l’Aapdi note « un recul préoccupant des valeurs fondamentales portées par les Etats africains »

Publié

le

Dans un communiqué signé à Paris ce 5 mai 2021, l’Académie africaine de la pratique du droit international (Aapdi) s’est prononcée sur l’arrestation et la détention du Pr. Frédéric Joël Aïvo. « Son arrestation et sa détention, comme celles d’autres, semble marquer un recul particulièrement préoccupant des valeurs fondamentales portées par les Etats africains à travers les textes majeurs de l’Union africaine (Ua)… », dénonce l’Aapdi qui demande solennellement aux autorités béninoises de procéder ou de faire procéder à la libération immédiate du Pr Frédéric Joël Aïvo..

Lire l’intégralité du communiqué de l’Académie

Les membres et amis de l’Académie africaine de la pratique du droit international (AAPDI) ont appris l’interpellation et la détention du Professeur Frédéric Joël Aïvo depuis le 15 avril 2021.

Membre de la communauté universitaire et scientifique africaine et mondiale, le Professeur Frédéric Joël Aïvo est aussi reconnu de par le monde pour son action en faveur de l’Etat de droit et de la protection des libertés constitutionnelles. Il n’a d’ailleurs cessé de s’exprimer en ce sens sur la situation politique dans son pays.

Son arrestation et sa détention, comme celles d’autres, semble marquer un recul particulièrement préoccupant des valeurs fondamentales portées par les Etats africains à travers les textes majeurs de l’Union africaine (Ua), dont la charte africaine des droits de l’homme et des peuples et la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, ainsi que de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) dont le Protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance.

La vocation de l’académie africaine de la pratique du droit international (Aapdi) est de participer à la promotion et au respect scrupuleux des normes internationales que les Etats africains ses données et auxquels ils sont souscrits au service d’une Afrique de droit.

L’Académie africaine de la pratique du droit international demande solennellement aux autorités béninoises de procéder ou de faire procéder à la libération immédiate du Pr Frédéric Joël Aïvo.

Le Bénin doit demeurer cette terre à la pointe de la bataille pour une Afrique démocratique et respectueuse des libertés.  

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *