Connectez-vous

Monde

La Biélorussie a intercepté un avion : l’EU veut la sanctionner pour son acte traité  »d’inadmissible »

Publié

le

La Biélorussie sera probablement punie par l’Union Européenne pour avoir détourné ce dimanche 23 mai un avion irlandais. Les responsables de l’Union Européenne, doivent au cours de leur sommet qui se tient à Bruxelles discuter de probables sanctions envers la Biélorussie. Le régime de Minsk quant à elle ne se reproche rien pour avoir donné une alerte de bombe.

Les scénaries du dimanche 23 mai

Le dimanche 23 mai dernier, la Biélorussie avait intercepté ou détourné un avion de la compagnie Ryanair. L’avion avait été forcé d’atterrir à Minsk. Ce détournement, selon l’UE, a permis au gouvernement biélorusse d’arrêter l’opposant Roma Protassevitch, ancien rédacteur en chef de ‘’l’influent média d’opposition biélorusse Nexta’’. C’est suite à une alerte de bombe que cet atterrissage forcé a été fait.

Les conséquences immédiates

Les événements du dimanche 23 mai n’ont pas laissé indifférents les responsables de l’Union Européenne. Simon Coveney, ministre irlandais des affaires étrangères est monté aux créneaux ce lundi 24 mai 2021, pour dénoncer cet atterrissage forcé d’avion qu’il qualifie de ‘’piraterie d’Etat’’. Coveney a précisé sur RTE (Radio – Télévision publique irlandaise) qu’il s’agit bien de « piraterie aérienne sanctionnée par l’Etat. « Nous ne pouvons permettre à cet incident de se produire avec des avertissements ou de forts communiqués de presse » a-t-il ajouté. Il demande également que des sanctions viennent réprimées cet acte ‘’inadmissible’’.  

Advertisement

Acte second des faits : les agents KGB dans l’avion…

Le patron de la compagnie Ryanair, M. Michael O’Leary a son tour fait savoir à la presse que des agents des services de sécurité biélorusses (KGB) se trouvaient vraisemblablement à bord de l’avion. Il dénonce aussi un acte de ‘’piraterie’’ cautionné par la Biélorussie. M. O’Leary a affirmé sur la radio irlandaise : « Il apparaît que l’intention des autorités était de faire sortir un journaliste et la personne qui voyageait avec lui. Nous pensons que des agents du KGB ont été débarqués à l’aéroport également ». Le patron de Ryanair va affirmer pour finir qu’il s’agit d’un acte ‘’très effrayant pour les passagers et l’équipage’’ et que « c’est la première fois que cela arrive à une compagnie aérienne européenne ».

Pour sa part, la Biélorussie affirme ce lundi 24 mai avoir posé son acte dans la légalité. Sur son site, le ministre des affaires étrangères biélorusse défend l’acte posé et se justifie en disant qu’« il n’y a aucun doute que les actions de [leur] organes compétents étaient en conformité avec les règles internationales ». Il a de ce part rejeté les accusations des pays européens. Il qualifie ces accusations d’« accusations sans fondements » en ajoutant que « c’est du point de vue de la sécurité qu’il faut regarder cet incident ».

La Russie s’en mêle

La Russie va réagir face aux accusations portées par l’Occident contre la Biélorussie. Pour sa part, la porte-parole du ministre des affaires étrangères russe a qualifié de ‘’choquantes’’ les accusations de l’Occident contre la Biélorussie. « C’est choquant que l’Occident considère que l’incident dans l’espace aérien de la Biélorussie soit choquant », dénonce Maria Zakharova, la porte-parole du ministre russe des affaires étrangères. Dans le même temps, elle affirme que l’Occident s’est déjà rendu coupable, dans le passé, « d’enlèvements, d’atterrissages forcés et d’arrestations illégales ».

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *