Connectez-vous

Politique

Le bras de fer entre Biden et L’Ethiopie – Erythrée : Biden sanctionne des responsables éthiopiens et érythréens

Publié

le

Les Etats-Unis ont annoncé le dimanche 23 mai dernier des restrictions de visas vis-à-vis des responsables politiques éthiopiens et érythréens de même que des restrictions d’assistance économiques et sécuritaire contre l’Ethiopie. Cette annonce intervient dans le cadre du conflit entre le TPLF et le gouvernement éthiopien, soutenu par les forces armées érythréennes.

                             Ce qui se passe réellement

Les restrictions annoncées par le gouvernement Biden sont dues à plusieurs raisons. Il faut déjà noter que le gouvernement central du premier ministre éthiopien Ahmed Abiy, est en conflit avec le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Et rappelons-le, le TPLF était le parti au pouvoir. Le conflit qui oppose ces deux camps est un conflit qui a commencé depuis novembre 2020. Ce conflit à en croire certains observateurs et analystes politiques a renforcé les crises ou tensions ethniques qui ont généré une crise humanitaire sans pareille en Ethiopie.

L’ONU dans son rapport sur cette crise humanitaire parle de 1 millions voire 2 millions de personnes qui sont devenues sans demeures, tandis que 63 000 personnes auraient fui vers le Soudan.

Le pic de cette situation se veut être la participation de l’Erythrée dans ce conflit aux côtés du gouvernement du premier ministre éthiopien Ahmed Abiy. Une chose justifie cette participation de l’Erythrée dans ce conflit aux côtés du gouvernement éthiopien : les bons rapports du premier ministre Ahmed Abiy avec les responsables érythréens. Or, en 2018, c’était l’Erythrée qui avait tout fait pour arranger les choses entre le TPLF qui était au pouvoir et le pays. La communauté internationale s’inquiète donc de « l’entrée des forces armées érythréennes » dans ce conflit. Cette inquiétude se justifie par le regard que la communauté internationale pose sur le gouvernement érythréen. Ce gouvernement est considéré en réalité comme « l’un des plus répressifs au monde ».

Advertisement

                            La mise en garde des Etats-Unis

Ces sanctions prononcées contre les responsables éthiopiens et érythréens font à vrai dire suite à un certain nombre de démarche de la part des USA. En effet, le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken avait essayé de mettre fin à cette situation. Il disait : « Nous demandons à nouveau au gouvernement érythréen de retirer ses forces du Tigré. Les autorités éthiopiennes et érythréennes ont promis à plusieurs reprises un tel retrait, mais nous n’avons vu aucun mouvement vers la mise en œuvre ».

Ceci dit, il faut savoir que bien que la communauté internationale aussi soit intervenue pour demander la fin de ce conflit, l’Ethiopie et l’Erythrée avaient continué et avaient le contrôle d’une grande partie du Tigré. Ce qui selon l’ONU a aggravé la crise humanitaire.

                   Le pourquoi des sanctions

Le secrétaire d’Etat américain a annoncé les sanctions de restrictions contre l’Ethiopie et l’Erythrée. Il s’agit de ‘’restrictions de visas des responsables éthiopiens et érythréens, de même que de restrictions sur l’aide économique et sécuritaire à l’Ethiopie’’. Anthony Blinken a tout de même expliqué le pourquoi de ces restrictions. Blinken affirme en effet que « les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus vifs les meurtres, les renvois forcés, les violences sexuelles systémiques et les autres violences et abus des droits humains ». Il ajoute que ces sanctions sont intervenues aussi parce que « les Etats-Unis n’ont pas vu les personnes impliqués (dans le conflit… ndlr) prendre des mesures significatives pour mettre fin aux hostilités (…) et poursuivre une résolution pacifique de la crise politique ».

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *