Connectez-vous

Monde

Pérou : 18 personnes tuées à San Miguel del Ene

Publié

le

Les autorités péruviennes ont annoncé ce lundi 25 mai 2021 la mort de 18 personnes abattues à ‘’San Miguel del Ene’’, un village situé dans la  plus grande vallée de production de Coca du Pérou. Ces dix-huit personnes sont les victimes d’une tuerie que l’armée attribue à une guérilla autre que la guérilla maoïste du Sentier lumineux.

Dans le village de San Miguel del Ene situé dans une vallée péruvienne de culture de coca, dix-huit personnes ont été tuées. L’armée péruvienne déclare responsable de ces meurtres, les hommes d’une guérilla autre que celle des maoïstes du Sentier de la lumière.

Le lundi 24 mai dernier, Oscar Arriola, chef de la police antiterroriste a déclaré à la télévision nationale : « Nous en sommes à 18 villageois tués dans le village de San Miguel del Ene, dans la vallée des fleuves Apurimac, Ene et Mantaro (centre-sud), principal secteur de production de la coca au Pérou ». Il s’agit de dix-huit victimes dont dix hommes, six femmes et deux enfants.

Selon les responsables du pays, le Sentier lumineux continue de faire des morts dans cette région. Or, le Sentier lumineux avait déjà affronté l’armée péruvienne entre 1980 et 2000 faisant des milliers de victimes. La mort de ces dix-huit personnes pourrait attiser de vives tensions dans cette région du Pérou surtout après des campagnes au second tour de la présidentielle prévu pour le 6 juin assez mouvementées. Pendant ce temps, Kekio Fujimori, la candidate populiste, accuse le candidat de la gauche radicale, Pedro Casillo d’être lié au Sentier lumineux. Ce dernier réfute ces accusations sans autre forme de procès.

Le président du Conseil épiscopal d’Amérique latine, Monseigneur Miguel Cabrejos affirme pour sa part : « Ces faits nous rappellent l’époque de barbarie et de terreur qu’a vécue le pays pendant plus de vingt ans, qui a fait plus de 70 000 morts et un grand nombre de disparus ».

L’armée aussi de son côté déclare que « Des tracts ont été trouvés sur le site, exhortant la population à ne pas participer au processus électoral de 2021 ». De plus, l’armée déclare que cette tuerie est un acte qu’il faut attribuer à une branche du Sentier lumineux qui est dirigée par Victor Quispe Palomino dit ‘’Camarade José’’.

Les autorités péruviennes affirment dans le même sillage qu’il reste quelques combattants de la guérilla maoïste dont le nombre pourrait être estimé à 350 bien que la majorité des responsables de cette guérilla soient en prison. Les autorités péruviennes affirment aussi que ces 350 environ qui restent travaillent avec les trafiquants de drogue.

Le président intérimaire péruvien, Francisco Sagasti a affirmé dans un tweet qu’il « condamne fermement le meurtre de ces personnes ». Il a pareillement demandé que des patrouilles militaires et policières soient déployées dans cette région « pour que cette action terroriste ne reste pas impunie ».

Une unité spécialisée dans le terrorisme aussi a été investie par le parquet pour enquêter sur ces meurtres. Car, le ministre de la Défense a promis que ces meurtres « ne resteraient pas impunis ».

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *