Connectez-vous

Santé

Chine : le premier cas de grippe aviaire H10N3 chez l’homme

Publié

le

La chine a annoncé ce mardi 1er juin 2021 le premier cas d’infection à la grippe aviaire H10N3. Ce premier cas a été enregistré dans l’Est de la Chine.

C’est dans la province chinoise de Jiangsu dans l’est de la Chine que le premier cas humain de grippe aviaire a été découvert. Il a été découvert chez un homme de 41 ans. Il s’agit d’une grippe aviaire souche connue sous le nom de H10N3. La Chine a déclaré qu’il y a également plusieurs autres souches de grippe aviaire qui contaminent ceux qui sont en contact avec les volailles. Aussi, les autorités sanitaires chinoises notifient que rien n’est encore su en ce qui concerne la propagation facile ou non de la grippe aviaire souche H10N3 chez l’homme.

L’homme de 41 ans chez qui cela a été découvert est un habitant de la ville de Zhenjiang. Il a été hospitalisé le 18 avril dernier et a été diagnostiqué le 28 mai passé, comme atteint de la grippe aviaire souche H10N3, d’après les informations livrées par la commission chinoise de santé. La commission chinoise de santé n’a pas cependant fourni les informations ayant traits au processus de contamination. L’homme par contre après plusieurs soins est prêt à être libéré assure la commission de santé. La commission a aussi procédé à une enquête chez les gens ayant été en contact avec lui. Aucun autre cas n’a jusqu’à présent été diagnostiqué. Le HNC, la commission chinoise de santé a ajouté qu’aucun autre cas dans le monde n’a été pour l’heure détecté et signalé.

Le NHC a tenu a précisé que le H10N3 est un virus faiblement pathogène dont la contamination ne provoque pas une maladie grave. Filip Claes, le coordonnateur du laboratoire du Centre d’urgence pour les maladies animales transfrontalières de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour l’alimentation et l’agriculture au bureau régional pour l’Asie et le Pacifique a déclaré que la souche H10N3 n’est « pas un virus très commun ».

Pour le moment, assure Claes, certaines analyses nécessaires sont entrain d’être faites pour établir la parenté ou non de ce virus avec un autre virus ancien. Ou mieux, cette analyse fera savoir si la première hypothèse n’est pas vérifiée, si ce virus est un mélange de différents virus. Il a aussi ajouté, pour finir, qu’il n’y a eu aucun cas d’infections humaines à la grippe aviaires depuis le ravage de la souche H7N9 qui a fait environ 300 morts en 2016.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *