Connectez-vous

Afrique

Côte-d’Ivoire: le gouvernement ivoirien finalement d’accord pour le 17 juin comme date de retour de Laurent Gbagbo

Publié

le

Le gouvernement ivoirien a aujourd’hui « pris acte » du 17 juin comme date de retour en Côte-d’Ivoire de l’ancien Président Laurent Gbagbo. Le gouvernement se résous à accepter cette date dont l’annonce a été faite le lundi 31 mai dernier.

Le gouvernement ivoirien a déclaré ce mercredi 2 juin 2021 avoir « pris acte » de la date du 17 juin comme date de retour au pays de Laurent Gbagbo. Cependant, le gouvernement déplore n’avoir pas été consulté avant le choix de cette date.

En effet, c’est grâce au ministre de la Réconciliation Konan Bertin que la polémique qui entourait la date de retour du président Gbagbo a été désamorcée. Il a rendu visite ce lundi 31 mai au FPI GOR. A sa sortie de cette visite, il a déclaré : « Les deux parties sont en négociation pour que ce retour soit un retour apaisé. Maintenant, nous sommes un Etat de droit. Gbagbo est un homme libre. C’est à lui de décider quand il vient dans son pays. Nous avons appris qu’il vient le 17. Nous prenons acte ».

Le secrétaire du FPI GOR, Assoa Adou a pour sa part déclaré qu’il s’est entretenu ce lundi avec le PM Patrick Achi et que ce dernier au nom du gouvernement a assuré sa disponibilité et sa bonne foi pour le retour effectif de Laurent Gbagbo. Il a précisé que le premier ministre a dit qu’il est prêt s’il le faut à mettre un avion à la disposition de l’ancien chef d’Etat Laurent Gbagbo pour son retour.

Dans le même temps, KKB et Assoa Adou était devant la presse. Ils ont tenu à enterrer la polémique de plus en plus grandissante autour de la réaction du gouvernement et de la déclaration du FPI GOR. En réalité, ceci vient mettre un terme à la polémique qui était née concernant la non concertation entre le gouvernement et le FPI GOR.  Le ministre de la communication Amadou Coulibaly avait déclaré sur RFI : « Pour nous, il n’y a pas de date ». Cette affirmation avait suffisamment nourri la polémique. Le FPI, suite à cette réaction du ministre de la communication avait fait entendre que le premier ministre avait été informé dans l’après-midi du lundi 31 mai.

Tout ce qui reste et qui ne fait pas l’unanimité des deux côtés est le format de ce retour. Le FPI parle d’accueil populaire pendant que le gouvernement désire un retour discret sans grand tapage. Ou mieux, le gouvernement parle d’un accueil modeste et solennel. 

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *