Connectez-vous

Culture

Soirée cinéma à l’espace Le Centre: Wa Cinéma Atlantique, un film contre l’immigration qui séduit le public

Publié

le

Projection de films typiquement africains. C’est un programme mise en œuvre au Bénin à l’espace culturel Le Centre, qui rassemble un public assoiffé des réalités du continent.  Vendredi 4 juin 2021, était en diffusion, Wa Cinéma Atlantique, un film de Mati Diop primé au festival de Cannes.

« Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers du chantier d’une tour futuriste, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, l’amant d’Ada, promise à un autre. Quelques jours après le départ des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage de la jeune femme et les filles du quartier sont sujettes à d’étranges fièvres. Ada est loin de se douter que Souleiman est revenu.». Telle est la substance de ce film rempli d’émotions.

Des ouvriers solidaires parce que condamné. Un avenir assombri par le poids des dettes du fait de salaires impayés. « J’ai tellement de dette que j’attends 20 heures pour rentrer chez moi », lance l’un d’entre eux, assez-pensif, assis dans un camion en partance pour le chantier. Un autre entonne un chant pour laisser jaillir un grain d’espoir. Au beau milieu de ses incertitudes, Souleiman donne vie à son amour pour Ada, promise Omar qui est issu d’une famille riche.

« Tu sais combien de filles rêveraient d’être à ta place ? ». Les sentiments de Ada pour Souleiman ne sont aucunement affectés par les conseils de sa mère. La jeune fille s’échappe la nuit pour rejoindre son amour à la plage, dans une boîte de nuit au bord de la mer. Trop tard. « Les garçons sont à partis » à l’aventure. Ada passa toute la nuit au dehors, anxieuse, marchant dans le sable, jetant de longs regards en direction de l’océan, dont la fraicheur ne lui apporte visiblement aucun réconfort.

Au petit matin, de vieux pêcheurs du village reviennent, les bras chargés d’un filet très lourd. Tout le monde pensait à un gros poisson mais, c’était le corps sans vie de Souleiman. Les aventuriers n’ont pu rejoindre l’autre rive, l’Espagne. Alors qu’ils pensaient arrivés à destination,  la barque a chaviré. Ada est inconsolable. Mais les esprits reviendront tourmentés leur patron, qu’ils accusent d’avoir provoqué leur perte du fait des salaires impayés. Comme quoi, en Afrique les morts ne sont pas morts. Ada finira par se mariée à Omar sous la pression de la famille mais un incendie gâte la fête de mariage, et le lit nuptial va brûler. L’une des copines de Ada affirme avoir aperçu Souleiman lors de la cérémonie de mariage. Le mort sera désormais recherché pour incendie criminelle.      

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *