Connectez-vous

Politique

Bénin : Talon ‘’Trop pressé’’ ? Ce qu’en dit le porte-parole du gouvernement

Publié

le

Pourquoi dans notre contexte peut-on être pressé… ? Le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji retourne une préoccupation d’un journaliste, pour tenter des réponses sur le réformateur trop pressé.

« L’idée, la vraie qu’on peut avoir du président Talon, c’est que c’est un réformateur, c’est un bâtisseur. Après, est-ce qu’il est trop pressé ? Les humains ont coutume de s’accommoder de leurs pratiques et de penser que, qu’il n’y a que cette façon de faire, de voir. Dès lors que quelqu’un vient et vous aiguillonne autrement, on se sent bousculer, parce qu’on  perd un peu de son confort, ce à quoi on s’est habitué. Or le plus long voyage commence par un premier pas… », explique Wilfried Léandre Houngbédji avant d’en venir au fait que le Bénin commence à faire des efforts pour régler les problèmes structurels, qui sont restés ambiants depuis de longues décennies. A en croire le porte-parole du gouvernement béninois, il s’agit donc pas d’être trop pressé, ou de vouloir rattraper le temps.

« C’est vouloir enfin faire les choses comme il faut, pour que demain, ceux qui viennent  après n’aient plus autant de défis à relever, et donner le sentiment de vouloir courir contre toutes  les montres », a ajouté Wilfried Léandre Houngbédji. Pour lui, le président Patrice Talon, tel le Christ serait prêt à tout donner pour le bien-être de ses concitoyens.

« A mon avis, il faut bruler de l’intérieur d’une passion incandescente pour son pays, pour ses semblables, pour oser ce qu’il fait, au péril de son être, de sa vie. Qui n’a pas vu la transformation physique sur l’homme en 5 ans. C’est vrai que le pouvoir est une charge, le pouvoir use, mais dans son cas, on a pu le voir ». Le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji rappelle qu’après sa maladie, Patrice Talon a dit : « Quand on a été si près de passer de l’autre côté, franchement moi, je ne fais plus économie sur ce que je peux donner au pays, parce qu’il ne reste que ça comme défi pour moi. J’aurai pour mourir… ». C’est ça qui justifie cette hargne à vouloir que les choses changent, a conclu Wilfried Léandre Houngbédji.

Advertisement

Suppression du mini

Tout ce qu’il a ambitionné en tant que candidat pour donner plus d’indépendance à toutes les institutions de contrepouvoir, était mentionné dans son projet. La Haac comment elle devrait être réorganiser, comment les professionnels devraient élire plus de représentant comme à la cour constitutionnelle…là-dessus, s’il y a un procès à faire d’abord, c’est à ceux qui ont empêché cette révision, mais avec le recul, ce fut un mal pour un bien, ils ont fait du bien au Bénin en rejetant cette révision.

L’a priori sur le degré d’indépendance des gens qu’on nomme… Pourquoi vous ne les crédité pas d’avoir une once de liberté de libre arbitre qui leur permettent, à un moment donné dire non, on ne peut pas faire cela, voici ce que nous voulons faire.

Croyez l’ambition du président ce n’est pas d’annexé telle institution

Ce que nous espérons c’est pouvoir bâtir un état  de plus en plus moderne qui approche des standards d’autres que nous admirons

Advertisement

Denrée

Nous avons observé que sur les 5 années, les prix de ces produits sont restés stables sur le marché, s’il y a eu des variations c’est vraiment marginal, cela veut dire qu’un effort strutrel a été fait pour maintenir le rendement dans nos campagnes

C’est vrai que dans les réformes qui ont été faites, l’office nationale de stabilisation a disparu, est ce que aujourd’hui, on va dans le sens On va dans le sens d’une intervention de l’Etat pour faire en sorte que les prix reviennent à une certaine proportion. Maintenant pourquoi on observe cette flambée ?

J’ai pu le dire et certains ont pensé que c’est une parole politicienne. Pourtant c’est une évidence qu’il pleut moins dans la sous-région depuis l’année dernière. Certains disent que ce sont les effets des changements climatiques. Le constat dans tous les cas, c’est que l’année dernière, la pluviométrie n’a pas été de la même nature que celle des années d’avant et cette année encore.

Dans tous les cas, scientifiquement on observe qu’il pleut moins. Parce qu’il pleut moins, les semis ne rentrent pas comme on s’y attend et cela crée une certaine pénurie puisque le rendement baisse. Mais observer que pendant ce temps-là, et vous connaissez la situation de nos frontières. Si vous observez bien le mouvement

Advertisement

Vous verrez que beaucoup de voisin de l’est, ils viennent ici, généralement chercher de l’huile rouge, mais de plus en plus aussi du gari, du maïs. Or, le gouvernement qui a accompagné nos producteurs, pendant toutes ces années pour leur montrer les meilleurs pratiques culturales qui sont que les rendements sont de plus en plus intéressants, les a tout le temps sensibiliser et dit faite des stocks pour les cas de soudure. Aujourd’hui quand un nigérian vient et leur apporte de l’argent frais, ils vont chercher. A Malanville des nigérians viennent chercher le riz non décortiqué parce que intéressés par ce qui est produit ici. 

Actuellement la demande est forte, du fait de ce qui sort, il y a une certaine tension qui se crée sur ce qui est disponible donc ça explique cette flambée. Et les flambées, pour certains produits c’est de l’ordre de 1 à 2%, ceux qui ont connu les plus forts taux d’augmentation, on est autour de 5 à 7% en fonction de la provenance de ces produits ou de leur production chez nous même.

Au jour d’aujourd’hui aucune solution n’est exclue. Le ministère de l’agriculture a un comité qui travaille. Le ministère de l’industrie et du commerce également et les deux ministères se parlent pour voir à terme si la tendance devrait se poursuivre durablement quelles les mesures les plus pertinentes que le gouvernement pourraient prendre pour soulager un tant soit peu nos populations parce qu’on sait bien que   

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *