Connectez-vous

Monde

Cuba : Des manifestations inédites dans le pays

Publié

le

La journée du Dimanche 11 Juillet dernier a connu au Cuba une manifestation jamais vue sur la plus grande île des Caraïbes. Cette journée historique a vu à l’est comme à l’ouest, les habitants du Cuba manifesté leur mécontentement. C’était aux cris rythmés de « Liberté » et de « A bas la dictature ». Sur cette île où règne le Parti communiste unique depuis plusieurs décennies, les manifestations sont proscrites et le gouvernement a opté pour la révolution. Dans la journée du Dimanche 11 Juin dernier, les manifestations de désapprobation du peuple cubain ont eu raison des interdits.


Les Cubains semblent dépasser par la crise économique. C’est du moins ce que laissent comprendre les manifestations qui ont rythmé la journée du Dimanche 11 Juillet dernier.

C’est tout une foule de manifestants qui a empli le front de mer de Malecon et les rues de La Havane, la capitale insulaire.
Jamais un tel phénomène ne s’est produit sur le territoire cubain. C’est la première fois que dans le Cuba communiste où sont interdites les manifestations qu’une telle scène se voit. De nombreux cubains sont sortis pour réclamer beaucoup de faits. Nombre de ceux qui ont donné leur avis au micro de Domitile Piron, la correspondante de RFI (Radio France Internationale) ont préféré demeurer anonyme sur leur avis.
« Presque dans toutes les provinces et dans plusieurs villes, les gens sont sortis dans la rue, parce qu’on en a marre de tous ces problèmes et de cette crise qu’on vit ici ! les Cubains n’en peuvent plus ! » a souligné une citoyenne du Cuba.

Une autre des manifestantes n’a pas hésité à traduire que le Cuba souffre de la famine. Là, je sors tout juste d’une file d’attente. Ici, nous avons faim et il y a beaucoup de nécessité ! Alors, ça suffit la répression et la faim. On s’est toujours tu, on n’a jamais rien dit, mais ça suffit. Les gens n’en peuvent plus ! », a-t-elle déclaré.
D’autres encore se sont exaspérés de la répression policière. « On veut juste protester de manière pacifique et manifester pour notre liberté mais la police frappe tous ceux qui osent protester ! c’est la première fois qu’on manifeste mais ce ne sera pas la dernière », a-t-on aussi entendu suite aux cris « Nous avons faim, Liberté », « A bas la dictature ».
Face à tout cela le gouvernement cubain semble statique sur sa décision. « La révolution cubaine, nous la défendrons coûte que coûte ! », a informé Gerardo Penalver, le vice-ministre des Affaires étrangères du pays sur tweeter aux manifestations historiques qui ont eu lieu le Dimanche 11 Juillet. Le président cubain Miguel Diaz-Canel a donné aux révolutions à cet effet « l’ordre de combattre ».
Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *