Connectez-vous

Actualité

Haïti : L’une des têtes de l’assassinat du président Jovenel Moïse est mise aux arrêts

Publié

le


Un ressortissant haïtien arrivé sur l’île le mois dernier est suspecté d’être l’un des cerveaux de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse. Il s’est fait arrêter par la police haïtienne, a annoncé dans un communiqué la police. De nationalité haïtienne, il est aussi suspecté d’avoir organisé cet assassinat pour pouvoir succéder au président assassiné à la tête de la présidence du pays.
La police est à pied d’œuvre pour arrêter les assassins du président haïtien Jovenel Moïse. L’étau se resserre beaucoup plus autour de ces mercenaires. Dans un communiqué en date du Dimanche 11 Juillet dernier, la police haïtienne a fait l’annonce de l’arrestation de l’un des présumées têtes ayant organisé le fameux assassinat de Jovenel Moïse.
Le suspect mis aux arrêts est de nationalité haïtienne. Il est arrêté car les autorités haïtiennes l’accusent d’avoir mis sur le coup des mercenaires pour pouvoir concrétiser son objectif de faire partir le président de la république, Jovenel Moïse et de le remplacer à la présidence de l’Haïti. Le présumé suspect s’appelle Christian Emmanuel Sanon. Il est âgé de 63 ans.

Le Journal Miami Herald l’a présenté comme médecin vivant en Floride depuis plus de 20 ans. A en croire le chef des forces de l’ordre haïtiennes, il a débarqué en Haïti dans le mois de Juin dernier. « Il est entré en Haïti à bord d’un avion privé avec des objectifs politiques, selon les informations que nous avons. Il est arrivé en Haïti au début du mois de Juin, accompagné de quelques personnes initialement chargées d’assurer sa sécurité », a déclaré le chef de la police haïtienne.
L’objectif du commando ayant assassiné le président est assez clair. Il devait capturer le président Jovenel Moïse et installer à sa place Christian Emmanuel Sanon. Les mercenaires ont été engagés à en croire les informations provenant des enquêtes menées par la police par une société du Venezuela basée en Floride. Dix-neuf des mercenaires ont été déjà arrêtés et ce sont eux qui ont évoqué le nom du médecin.
Deux autres personnes qui entretiennent un contact avec le médecin sont considérées comme les têtes pensantes de l’opération d’assassinat, mieux comme « les auteurs intellectuels » de l’assassinat du président. Une fouille du domicile du médecin Christian Emmanuel Sanon a fait découvrir des plaques d’immatriculation, des cartouches et des pistolets.


Habib Freddy TIKO

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *