Connectez-vous

Monde

Jeux Olympiques : Une bonne équipe de réfugié prêt

Publié

le

Les 29 des 56 réfugiés aidés par le Comité International Olympique pour participer aux jeux au Japon sont prêts. A moins de deux semaines de la cérémonie d’ouverture des JO un bilan sur l’équipe des réfugiés.

Après le succès de Rio 2016, une deuxième équipe de réfugié participera aux épreuves lors des jeux olympiques Tokyo 2020. En juin dernier, le Comité International Olympique a publié la liste des 29 réfugiés qui seront aux JO 2021. A l’occasion, Thomas Bach, président du CIO explique l’inspiration  de cette décision. « Lorsque vous, membres de l’équipe olympique des réfugiés, et les athlètes des Comités Nationaux Olympiques du monde entier allez-vous retrouver à Tokyo le 23 juillet, c’est un puissant message de solidarité, de résilience et d’espoir qui sera envoyé à la planète tout entière. » Une nouvelle encouragée par le Haut-Commissariat des Réfugiés.  Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés: « Je suis très heureux de féliciter tous les athlètes qui font partie de l’équipe olympique des réfugiés pour Tokyo. Ils forment un groupe de personnes exceptionnelles qui seront une source d’inspiration pour le monde entier. » Un tour d’horizon sur la participation des réfugiés à Tokyo.

. Création

En 2012, Guor Marial, un marathonien réfugié aux Etats-Unis, a participé aux Jeux de Londres comme athlète indépendant. Il avait fui le Soudan mais n’avait pas la nationalité américaine et le Soudan du Sud, indépendant depuis peu, n’avait pas encore de comité olympique.

Advertisement

Lors de l’Assemblée générale des Nations unies convoquée en octobre 2015, en pleine crise mondiale des réfugiés, le président du CIO Thomas Bach a annoncé la création de l’équipe olympique des réfugiés – la première du genre – pour les Jeux olympiques 2016 de Rio.

Les athlètes pressentis touchent une bourse et depuis Rio, quelque 2 millions de dollars a été investis pour ces athlètes-réfugiés.

Les performances de l’équipe au Brésil ont donné naissance à l’Olympic Refugee Foundation, qui a pour but de donner un accès au sport à un million de jeunes réfugiés d’ici 2024.

. Drapeau et hymne

Les sportifs de cette équipe pas comme les autres défilent derrière le drapeau olympique. Si ses membres remportent des médailles, c’est le fameux drapeau aux cinq anneaux qui est hissé au son de l’hymne olympique en cas de titre.

Advertisement

Le code olympique de l’équipe -les trois lettres qui apparaissent normalement pour désigner la nationalité- sera EOR pour équipe olympique des réfugiés.

Celle-ci sera la deuxième dans le défilé de la cérémonie d’ouverture, juste derrière la Grèce.

. A Rio

Dix athlètes, originaires d’Ethiopie, du Soudan du Sud -qui représentaient à eux seuls la moitié de la délégation- de Syrie et de la République démocratique du Congo étaient en lice au Brésil aux côtés de 11.000 autres concurrents.

Six membres ont concouru dans les épreuves d’athlétisme, deux en natation et deux en judo.

Advertisement

Rose Lokonyen, dont la spécialité est le 800 m et qui a été forcée de fuir le Soudan du Sud à pied pour se réfugier au Kénya, à l’âge de 10 ans, a porté le drapeau pour la cérémonie d’ouverture.

Pour celle de clôture, c’est Popole Misenga, un judoka de République démocratique du Congo réfugié au Brésil, qui a eu cet honneur.

. A Tokyo

Cinquante-six sportifs ont été aidés par des bourses et 29 ont été choisis pour participer aux Jeux de Tokyo, sur la base de leurs performances, mais aussi de la confirmation de leur statut de réfugié par le Haut Commissariat de l’ONU aux réfugiés.

L’histoire personnelle, mais aussi la volonté d’avoir une équipe représentative en termes de diversité des disciplines, des genres et des régions d’origine, ont également joué dans la sélection.

Advertisement

Sur les 29 heureux élus, neuf sont originaire de Syrie, cinq d’Iran, quatre du Soudan du Sud, trois d’Afghanistan, deux d’Erythrée, avec aussi un réfugié chacun pour le Cameroun, le Congo, la République démocratique du Congo, l’Irak, le Soudan et le Venezuela.

Ils concourront dans 12 sports.

Six sur les 29 étaient déjà à Rio, y compris Rose Lokonyen, Popole Misenga et un nageur syrien, Yusra Mardini.

Certains athlètes se sont déjà distingués: Kimia Alizadeh, qui a fui l’Iran pour se réfugier en Allemagne en 2020, avait remporté une médaille de bronze à Rio en taekwondo.

Javad Mahjoub, qui est judoka et a fui l’Iran pour le Canada, avait remporté l’or aux Championnats asiatiques de judo en 2013.

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *