Connectez-vous

Actualité

Pegasus : L’Elysée réclame des protocoles sécuritaires renforcés et le Maroc diffame Forbidden Stories et Amnesty International

Publié

le


Les deux organisations Forbidden Stories et Amnesty International, en charge de révéler les informations et de mener des enquêtes approfondies au sujet du logiciel espion Pegasus ont révélé que le numéro du président français figurait sur une liste éventuelle de cibles potentielles. En réaction, le locataire du palais présidentiel français a rassemblé autour de lui dans la journée de ce Jeudi 22 Juillet un conseil de défense mis en place spécialement pour l’affaire du logiciel Pegasus. Il n’a pas lésiné à exiger « un renforcement de tous les protocoles de sécurité ». Dans le même temps, Me Olivier Baratelli, l’avocat du Maroc poursuit en diffamation à Paris les deux organisations en charge de l’affaire.


Pegasus, c’est une affaire sérieuse. Emmanuel Macron n’a pas hésité à l’annonce de son numéro qui apparaît sur la liste des cibles potentielles du logiciel espion Pegasus à faire appel au conseil de défense. Il s’agit du conseil mis en place spécialement pour la cause de la cybersécurité et de l’affaire Pegasus.
Au cours de la réunion avec le président français ce Jeudi 22 Juillet 2021, l’homme d’état n’a pas attendu trop longtemps pour réclamer ou même exiger de ce conseil « un renforcement de tous les protocoles de sécurité ». A en croire le message de la Présidence, « Le président a exigé un renforcement de tous les protocoles de sécurité en parallèle des opérations techniques de détection et clarification en cours » sur Pegasus.
Le porte-parole du gouvernement a rassuré des mesures demandées par l’Elysée. « Un certain nombre de protocoles de sécurité ont été réajustés notamment autour du président de la république. Par ailleurs, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information a commencé à proposer aux personnes qui pourraient avoir été ciblées par une attaque un accompagnement technique », a déclaré Gabriel Attal.

A en croire les informations, le numéro personnel du roi Mohammed VI et de certains membres de sa famille apparait aussi sur la liste. A cet effet, Me Baratelli dans un communiqué a confié à l’AFP les ambitions du Maroc. « Le royaume du Maroc et son ambassadeur en France, Chakib Benmoussa, ont mandaté Me Olivier Baratelli pour délivrer, dès aujourd’hui deux citations directes en diffamation », a-t-il écrit.
Me Baratelli n’a pas loupé aussi l’occasion d’exprimer que « l’Etat marocain entend immédiatement saisir la justice française, car il souhaite que toute la lumière soit faite sur les allégations mensongères de ces deux organisations qui avancent des éléments sans la moindre preuve concrète et démontrée. (Voilà pourquoi, est fustigé) un procès d’intention médiatique, infondé et visiblement créé de toute pièce pour déstabiliser la relation diplomatique profonde entre le Maroc et la France ».

Habib Freddy TIKO

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *