Connectez-vous

Afrique

Mali : Arrestation du général Moussa Diawara

Publié

le


Le général d’armée Moussa Diawara a été arrêté ce Jeudi 29 Juillet dans le cadre de l’affaire Birama Touré. Il a été inculpé par les autorités judiciaires au terme de l’enquête sur la disparition du journaliste Birama Touré. Cette disparition qui est survenue depuis l’année 2016. Ce Jeudi 29 Juillet, date de son arrestation, il a été placé en détention dans la capitale malienne, Bamako.


La disparition du journaliste Birama Touré doit être mise au clair. C’est ce qu’a laissé comprendre les autorités juridiques avec l’événement majeur de l’arrestation de l’ancien chef d’état-major de la Garde malienne, le général Moussa Diawara.
Reconnu pour avoir mené les services maliens de renseignements au cours de la présidence de l’ancien chef d’état malien Ibrahim Boubacar Keïta forcé de quitter le pouvoir en Août dernier, Moussa Diawara a été arrêté et inculpé ce Jeudi 29 Juillet 2021. Les motifs de son arrestation sont énormes. Il est inculpé de complicité d’enlèvement d’un journaliste, de séquestration, d’être un tortionnaire, accusé d’actes de torture sur un civil et d’association de malfaiteurs.
Le moment semble venu d’authentifier les témoignages recueillis et publiés par Adama Dramé, le directeur de publication de l’organe Sphinx pour lequel travaillait le journaliste Birama Touré. A en croire certains de ces témoignages, les services maliens de renseignements dirigés par le général Moussa Diawara sont enclins au doute.
A en croire un militaire et un détenu, voisin de prison du journaliste disparu, Birama Touré a été mis dans une prison secrète de la sécurité d’Etat puis torturé avant que de connaitre la mort. Ces axes clés de l’affaire sont ceux qui intéressent l’instance juridique du Mali. La cour désire que le général Diawara, ancien chef d’état-major de la garde malienne élucide les questions de prison secrète de sécurité de l’Etat, la torture du journaliste et son meurtre.

Tout comme le général, la justice malienne désire aussi entendre Karim Keïta, le fils de l’ex président malien IBK (Ibrahim Boubacar Keïta). Cet homme politique est depuis plusieurs jours l’objet d’un mandat d’arrêt international. Selon les informations, il est actuellement en Côte d’Ivoire.
L’avocat de la famille du journaliste disparu, famille Touré, n’a de cesse de se réjouir suite à l’annonce de cette nouvelle de l’arrestation. « Toute avancée de cette enquête en cours est un élément de réjouissance pour la famille, bien sûr. Sur une affaire qui traîne depuis maintenant plusieurs années, nous sommes véritablement ravis du coup d’accélérateur mis par le magistrat malien », a confié l’avocat, Me Éric Moutet.

Habib Freddy TIKO

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *