Connectez-vous

Afrique

Côte d’Ivoire : « Quand j’étais en exil, Laurent Gbagbo a facilité mon retour », dixit Alassane Ouattara

Publié

le

Au cours, de la rencontre historique tant attendue par les ivoiriens entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo, le chef de l’Etat a fait une révélation. Alassane Ouattara s’est souvenu d’un geste de haute portée politique à son égard fait par son rival. Malgré cet acte humanitaire, le président n’a pas eu la force de rendre la pareille à Laurent Gbagbo, lorsque ce dernier s’est retrouvé dans la même situation émotionnelle.

En effet, son rival Laurent Gbagbo est celui-là même   qui a pris en charge les obsèques de la mère d’Alassane Ouattara. De plus, Laurent Gbagbo a permis à Alassane Ouattara de revenir en Côte d’Ivoire en 2005, pour que ce dernier assiste aux obsèques de Nabintou Cissé sa mère. Alassane Ouattara, malgré sa terrible adversité avec Laurent Gbagbo, dit n’avoir jamais oublié cet épisode de sa vie. Il a rendu un vibrant hommage à son prédécesseur, en se disant affligé par les décès d’Aboudramane Sangaré et de la mère.

 Le président Ouattara a reconnu devant son rival que « Une mère, c’est très important pour tous. Et quand j’ai perdu ma mère alors que moi j’étais exil, Laurent Gbagbo a facilité mon retour pour que je puisse participer et prendre en charge les funérailles. C’est quelque chose que je ne peux pas oublier et je voudrais donc témoigner ».

Puis il poursuit ça été un moment douloureux pour toi et je te réitère toutes mes condoléances ».  Pour tous les observateurs de la crise ivoirienne de 2010 à 2021, cet épanchement émotif de Ouattara pour Laurent Gbagbo est quelque chose d’assez surréaliste. En effet, Alassane Ouattara a eu plusieurs occasions de rendre la monnaie à Gbagbo, mais ne l’a jamais fait.

Advertisement

 Pour preuve, lors des obsèques de la mère de Gbagbo, Ouattara n’a pas autorisé que Gbagbo vienne participer aux obsèques. Après l’acquittement de Laurent Gbagbo en 2019, Alassane Ouattara a mobilisé les avocats de l’Etat afin qu’ils contestent cette décision. Ces avocats se sont rendus à la CPI pour plaider des mesures restrictives de liberté contre Laurent Gbagbo. On se demande bien ce qui se cache derrière cette remémoration du président Ouattara.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *