Connectez-vous

Actualité

Burkina Faso : Le 11 Octobre prochain se tiendra le procès de l’assassinat de Thomas Sankara

Publié

le


Après 34 années, la mort de Thomas Sankara, l’illustre homme de la révolution burkinabé se voudrait être rendu juste. Le procès de l’affaire de l’assassinat du « père de la révolution » burkinabé se tiendra le 11 Octobre 2021. Le tribunal militaire de Ouagadougou a décidé d’ouvrir le procès dans les mêmes temps que l’assassinat. Thomas Sankara a été assassiné le 15 Octobre 1987 lors d’un coup d’état qui a conduit à la présidence du Burkina Faso, le capitaine et ancien président burkinabé Blaise Compaoré. Dans l’affaire, plusieurs responsables sont inculpés et notamment Blaise Compaoré, l’ex président.


C’en est fait. Même si cela a pris le temps qu’il fallait le moment est venu pour tout le Burkina Faso et principalement pour la famille Sankara de rendre justice au sien qui a été assassiné pour son amour pour le Faso.
La date de l’ouverture du procès de l’affaire Thomas Sankara, l’ancien président du Burkina Faso et le « père de la révolution burkinabé » a été fixée. Le tribunal militaire de Ouagadougou dans la soirée de ce Mardi 17 Août a communiqué la date choisie. Le 11 Octobre prochain s’ouvrira le procès.
Selon un communiqué transféré à l’AFP, le procès débutera véritablement le 11 Octobre 2021. Mais il ne s’agira pas uniquement d’un procès pour Thomas Sankara. Tous ses compagnons aussi sont concernés. « Le procès des personnes mises en cause dans l’affaire de l’assassinat du président Thomas Sankara et de ses douze compagnons s’ouvrira le lundi 11 Octobre 2021 à partir de 9 h (GMT et locales) », a-t-on pu lire. Une précision importante ajoutée est celle que le procès sera « public et (se tiendra) dans la salle des banquets de Ouaga 2000 ».

Le Burkina Faso est en passe de rendre justice à en croire plus d’un. A en croire les propos de Me Guy Hervé Kam, l’un des avocats des familles des victimes de cet assassinat il s’agit déjà d’une victoire en miniature. Car pour la plupart c’est « le temps de la vérité judiciaire » qui est arrivé.
« Cela fait un long moment d’attente pour que s’établisse de façon claire et précise devant tout le monde, les responsabilités individuelles et collectives qui ont conduit à cette tragédie du 15 Octobre 1987 », a souligné l’avocat, Me Guy Hervé Kam qui croit que « le dossier est suffisamment solide ».


Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *