Connectez-vous

Monde

Malaisie : Plusieurs questions se posent sur l’accession au pouvoir du nouveau premier ministre non élu

Publié

le


Le nouveau premier ministre malaisien est sujet aux vifs débats. Il s’appelle Ismail Sabri Yaakob. Il a été nommé par le roi malaisien sous recommandation des députés du parlement de la Malaisie. Ce processus qui est d’ailleurs inédit ne cesse de convier à la discussion. Le processus autant que la personnalité du premier ministre ne semblent pas approuvés par le peuple malaisien. Un peuple qui a été confronté ces derniers mois à une flambée considérable des cas de contamination au variant Delta.


L’arrivée du nouveau premier ministre malaisien pose problème. Il s’agit d’une accession au pouvoir jamais vue encore sur le territoire malaisien. La prise de pouvoir par Ismail Sabri Yaakob est particulière. Alors que le pays semble déchiré par une crise politique sans précédent depuis près d’un an et demi et une crise sanitaire grave liée à la Covid-19, le sol malaisien reste hors de contrôle. Au sein de ces situations d’instabilité, l’homme politique Ismail Sabri Yaakob se fait proposer par le parlement malaisien pour accéder aux fonctions du premier ministre.
C’est une accession au pouvoir qui n’a pas été votée par le peuple. Mais elle n’a pas non plus controversé les lois malaisiennes. En effet, avec un régime identique à celui de la Grande-Bretagne, la Malaisie est une monarchie. C’est le roi qui nomme le premier ministre après les élections. Et cela, en tenant compte de la majorité parlementaire au terme des élections législatives.

De plus, le nouveau chef du gouvernement malaisien est soutenu par des partis politiques dont les souvenirs ne sont pas bons ni assez bien ancrés dans la mémoire des malaisiens. En effet, Ismail Sabri Yaakob est soutenu par l’Organisation Nationale Unifiée Malaise (UMNO) dont il est d’ailleurs un membre. Il s’agit d’un mouvement politique historique qui a longtemps assiégé le pouvoir du pays avant que le gigantesque et gargantuesque scandale de corruption 1MDB ne parait au jour, avec une histoire de détournement de 4, 5 milliards de dollars, un fonds public.
Pour le nouveau premier ministre, Ismail Sabri Yaakob, il s’agit d’un nouveau départ. « Nous faisons tous partie d’une famille malgré la diversité des religions, des races et des ethnies. […] Nous nous complétons et avons besoin les uns des autres comme les différentes parties d’un même corps », a-t-il dit pour rassurer et réconforter le peuple Dimanche 22 Août dernier.


Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *