Connectez-vous

Actualité

Etats-Unis : La vice-présidente américaine dénonce les pressions de la Chine

Publié

le


Dans la matinée de ce Mardi 24 Août, Kamala Harris, la vice-présidente des Etats-Unis d’Amérique s’est fait entendre à propos des pressions chinoises. Elle a accusé la Chine d’intimider les autres pays qui encadrent la mer de la Chine méridionale. Depuis Singapour, Kamala Harris s’est fait entendre alors que Washington s’est décidé à renforcer ses liens avec Pékin.


C’est fait. Lors de sa visite toujours en cours à Singapour, la vice-présidente américaine n’a pas caché ses impressions. Elle a mis au clair les détails des objectifs de la politique extérieure de l’administration des Etats-Unis sur le territoire asiatique. Au cours de cette visite diplomatique, Kamala Harris a affirmé l’influence de Pékin sur les pays du pourtour de la mer de Chine méridionale.
« Pékin continue à exercer des pressions, à intimider et à avoir des revendications sur l’essentiel de la mer de Chine méridionale », a-t-elle déclaré avant de poursuivre. « Les actes de Pékin continuent à saper l’ordre international basé sur le droit et à menacer la souveraineté des nations ». Elle n’a pas manqué de rappeler aussi que « les Etats-Unis sont unis avec des alliés et partenaires devant ces menaces ».

A en croire les informations, Pékin semble revendiquer la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale. Il s’agit d’une région maritime impressionnante comportant des ressources importantes et qui sert de pont à la majorité du commerce mondiale. La vice-présidente américaine a donc accusé les autorités chinoises de mettre sur le terrain des équipements militaires à savoir des lance-missiles mais de ne pas se rendre à l’évidence d’une décision du tribunal international de 2016 pour qui toutes les revendications chinoises sont non fondées.
Kamala Harris a semblé ensuite mettre de l’eau dans le vin pour apaiser les tensions entre la Chine et les Etats-Unis. C’est pour éviter que celles-ci ne conduisent pas les pays alliés aux puissances économiques à devoir être confrontés aux choix de leurs propres camps. « Notre engagement en Asie du sud-est et dans l’Indopacifique n’est pas dirigé par contre un pays quel qu’il soit, et ne vise pas à forcer quiconque à choisir entre les pays », a mentionné Kamala Harris ; la vice-présidente américaine.


Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *