Connectez-vous

Actualité

Mali : Des opérations de lutte anti-corruption ont eu lieu et ont permis de faire arrêter des anciens responsables politiques

Publié

le


Le Mali se remet sur des sentiers droits en ce qui concerne le combat contre la corruption. L’ancien premier ministre du pays Soumeylou Boubeye Maïga de même que l’un des anciennes ministres ayant été chargées du ministère des Finances et de l’Economie ont été inculpés et mis sous mandat de dépôt par la plus haute institution juridique, la Cour suprême du pays. C’est l’affaire de l’achat de l’avion de commandement de l’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) qui les a conduits là. A en croire la cour, ce n’est pas encore terminé. De nouvelles têtes impliquées dans l’affaire restent à être interpellées.


La corruption tire sa révérence sur le sol malien. Des personnalités éminentes se font mettre aux arrêts pour leur implication dans des affaires de corruption. C’est le cas de l’ancien Premier ministre du gouvernement malien Soumeylou Boubeye Maïga. Au moment des faits qui lui sont reprochés par la justice nationale, il occupait le poste de ministre en charge de la défense sur tout le territoire du Mali.
Il n’était pas le seul responsable politique à se faire mettre aux arrêts. Il y a aussi Madame Bouaré Fily Sissoko, ancienne ministre de l’Economie et des Finances. Ces deux personnalités politiques maliennes ont été inculpées par la Cour suprême pour escroquerie, faux usage de faux et favoritisme dans une affaire d’achat d’un avion présidentiel. Cette affaire date des annnées 2013, 2014.

Le premier, l’homme politique et ancien ministre du gouvernement malien a passé une première nuit à la maison d’arrêt de la ville de Bamako tandis que sa compagne, elle s’est plutôt retrouvée à la prison pour femme de Bollé. Les deux centres de détention se situent dans la capitale malienne.
Quoiqu’il en soit, les avocats de ces deux personnalités politiques maliennes n’ont pas manqué de souligner aux médias l’innocence de leurs clients. La question aussi a longtemps duré, pensent plus d’un. Tous s’interrogent sur le prix réel de l’avion de commandement d’IBK. Face aux chiffres impressionnants que l’on lit sur les papiers, du poing avait déjà été tapé sur la table et beaucoup des citoyens maliens pensent qu’il est une bonne chose que la Cour suprême s’empare de l’affaire et tente de la clarifier au mieux. La Cour n’a pas hésité à informer que plusieurs personnes politiques impliquées dans l’affaire seront encore interrogées et s’ils sont inculpées, ils auront leur sentence.


Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *