Connectez-vous

Monde

Brésil : Le président brésilien confronte la population

Publié

le


Le président brésilien Jair Bolsonaro n’est pas en train de tenir ses promesses. Il avait promis donner une nouvelle face au territoire brésilien. Ce sont de tels convictions qui ont fait sortir dans les grandes rues de grandes cités du Brésil, la population brésilienne qui a cru et voyait dans le président et chef du gouvernement brésilien le visage de la nouveauté. C’était dans l’après-midi de la journée du Mardi 07 Août 2021. Le président qui les y a rejoint ne s’est pas tu. Il a plutôt jeté le tort et ce, avec violence sur le l’un des juges de la Cour suprême et incriminer les systèmes électoraux.


Jair Bolsonaro s’est rendu dans la capitale du pays dans la journée de ce Mardi 07 Septembre. A Brasilia, il y avait une foule incontournable qui l’y attendait confondu entre plainte et complainte.
L’homme d’Etat n’a pas manqué de se faire applaudir dès qu’il est venu sur la place. Il savait déjà le mécontentement de la foule. Le chef d’Etat qui était espéré comme celui qui allait donner un souffle nouveau et un visage nouveau au Brésil est en train de décevoir tout le peuple. Jair Bolsonaro n’a pas alors lésiné avec un ton fait de menaces envers la Cour Suprême a indexé l’un de ses juges.
Il s’agissait du juge Alexandre de Moraes. C’est lui qui a donné l’ordre de l’ouverture des enquêtes contre le président de la république du Brésil et tout son entourage. Le chef de l’Etat n’a pas lésiné à se faire entendre. Pour Jair Bolsonaro, « Soit le chef de ce pouvoir (en parlant de la Cour suprême) remet (le juge Alexandre de Moraes) à sa place, soit il va subir des conséquences dont personne ne veut » a laissé échapper le président brésilien.

« Nous ne voulons pas de rupture. Nous ne voulons pas nous battre avec les autres pouvoirs. Mais nous ne pouvons pas permettre que quiconque mette en péril notre liberté », a affirmé aussi le présidetnt brésilien devant la foule des manifestants en majeure partie ses partisans qui n’ont pas manqué de l’applaudir.
Mais ce n’était pas tout. La journée du Mardi 07 Septembre était une journée nationale de manifestation au Brésil. Le chef de l’Etat a aussi pointé du doigt quelques heures plus tard à Sao Paulo le système des élections du pays.


Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *