Connectez-vous

Actualité

Etats-Unis : A l’approche de la date du 11 Septembre, plus d’un se confessent à France 24 sur les explosions de 2001

Publié

le


Bientôt la journée du 11 Septembre. Journée particulière qui rappelle l’un des incidents désastreux qu’ont connu certains états des Etats-Unis. Il s’agit spécialement de New York et quelques autres se situant entre Manhattan et Brooklyn. Le 11 Septembre 2001, le pays a subi l’une des plus graves attaques qui ont marqué l’histoire des Etats-Unis. Il y a des explosions, des fumées at autres qui ont embrasé les rues et ce fut la débandade partout à en croire les informations. Les confessions se font par trois habitants de la ville de New York à France 24.


Bob Western était un témoin oculaire des faits. Il se rendait à son travail quand il aperçut un au-dessus des infrastructures de Manhattan un avion en perte d’équilibre. Il n’a pas perdu ses émotions à l’égard de cette journée du 11 Septembre. Il en témoigne.
« Ça n’avait aucun sens, je l’ai regardé quelques secondes dans le ciel et il a percuté la tour du Nord du World Trade Center. J’ai ressenti la puissance de l’explosion dans mon corps, c’était énorme, comme une vague. Je ne l’oublierai jamais », a-t-il commencé par dire.
Il a aussi ajouté quelques autres détails important de l’incident. « Je pensais avoir été d’un horrible accident, mais quand le deuxième avion a percuté l’autre tour, les gens autour de moi ont crié. J’étais à l’extrémité du pont et j’ai senti la chaleur de l’explosion. J’ai vu cette boule de feu grossir et j’ai senti une vague de chaleur, comme lorsque l’on ouvre la porte d’un four de cuisine. Les gens ont commencé à courir comprenant qu’en fait nous étions attaqué », a-t-il expliqué.

Mais ce ne fut pas Bob Western seul qui confia sa mésaventure et son drame à France 24. Il y a eu aussi Lila Nordstrom qui a pris le micro. Elle était encore une gamine quand l’incident s’est produite. Elle se trouvait à l’école. « Les portes se sont ouvertes et nous sommes partis en courant. Il n’y avait personne pour nous dire où aller, nous savions juste qu’il fallait quitter Manhattan » a-t-elle affirmé.
« C’est alors que la deuxième tour est tombée et on ne voyait plus rien, tout n’était que poussière. Avec une amie, nous avons marché jusque chez elle, dans le Queens, pensant que nous n’avions pas le droit de retourner à Manhattan », a ajouté Lila Nordstrom.


Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *