Connectez-vous

Afrique

Nigéria : Les enlèvements de mineurs se poursuivent et sont banalisés. Journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques

Publié

le


Le Nigéria a forcé la main aux Nations Unies. Face aux effectifs qui vont en croissant dans le domaine de l’enlèvement des enfants dans le pays, l’Organisation des Nations Unies (ONU) n’a pas hésité à consacrer et dédier la journée du 09 Septembre qui à partir de cette année sera la journée internationale réservée pour la lutte pour la protection de l’éducation contre les attaques. A évaluer les bilans, le monde a eu à enregistrer l’année dernière 75 millions d’enfants en provenance de 35 pays différents. Il s’agit des enfants qui ont vu leur scolarisation perturbée faute des attaques qui ne cessent de pleuvoir sur ces régions. Au nombre de ces différents pays, le Nigéria occupe l’une des premières places.


Désormais sacrée Journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques, la journée du 09 Septembre. Le Nigéria bat les records.
Avec les effectifs croissants des prises en otages d’enfants, surtout au Nigéria avec tous les risques liés à la présence de Boko Haram, beaucoup d’enfants voient leur avenir gâché. A en croire les informations, durant l’année académique 2020-2021, 1,3 million d’enfants écoliers ont subi une année faite d’attaques. Il s’agit d’un phénomène qui a commencé véritablement au cours de l’année 2010 avec la révélation farouche du groupe terroriste Boko Haram.

Ce fait ne manque pas d’étonner. Et de plus, il se fait que le phénomène devient de plus en plus grave et banalisé. Le représentant de l’Unicef Peter Hawkins ne s’est pas abstenu de s’alarmer. « Il y a une aggravation non seulement du nombre d’attaques contre des écoles, mais des conséquences indirectes de ces attaques. Par exemple, dans l’Etat Zamfara, jeudi dernier à 11 h du matin, une école a été attaquée et 73 enfants enlevés. La conséquence, c’est que le gouverneur a fermé toutes les écoles de l’Etat de Zamfara !» a-t-il fait remarquer.
Au Nigéria, il ne s’agit pas d’un phénomène inconnu. Mais, pour l’Unicef, il requiert que les autorités nigérianes se décident réellement pour la mise en œuvre des plans d’action dans chaque état, dans tous les états du Nigéria. Par ailleurs, pour solutionner d’une autre façon cette crise, il faudrait aussi que le gouvernement nigérian songe à multiplier les écoles pour éviter la concentration massive des enfants dans les écoles.
Vu le péril que court le Nigéria et que représente ces chiffres, il a été décidé aussi par les Nations Unies que la prochaine conférence internationale sur la sécurité dans les écoles se tiendra à Abuja au Nigéria les 25, 26 et 27 du mois d’Octobre prochain.


Habib Freddy TIKO

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *