Connectez-vous

Actualité

Procès de l’attentat de Novembre 2015 : démarrage avec les « coups d’éclat » de Salah Abdeslam

Publié

le


Le procès des attentats qui ont eu lieu dans le mois de Novembre de l’année 2015 à Paris et à Saint-Denis a commencé effectivement et va se poursuivre. Il a été entamé dans la journée du Mercredi 08 Septembre dernier. Six ans après les faits, l’ouverture du procès connait les « coups d’éclat » de Salah Abdeslam, l’unique survivant parmi les commandos qui ont perpétré les attaques. A ces attaques, ont répondu des bilans assez lourds. Il s’agit d’une perte en vie humaine de 130 personnes et de plus de 400 personnes blessées.


Le jour J est enfin advenu. Ce qui devrait se passer s’est passé réellement. Le procès des attentats de Novembre 2015 prévu initialement pour le 13 Novembre a débuté dans la journée de ce Mercredi 08 septembre dernier. C’est avec une très grande surprise que ce procès tant jugé « Hors norme » a pris ses premières marques.
Il a en effet commencé à 13 h 17 avec les mots du juge. « L’audience est ouverte, veuillez vous asseoir ». Aussi, il y avait la présence de Salah Abdeslam, le seul survivant dans le club des commandos qui ont frappé Paris et Saint-Denis dans la journée du 13 Novembre 2015. Après avoir brisé son silence le Mercredi dernier, il a causé selon plus d’un nombre de plaies chez les victimes des attentats. L’homme terroriste semble n’avoir rien perdu de sa détermination à arracher des vies.
A en croire les informations, à la première question à lui adressée dans la cour d’assise spéciale de Paris, Salah Abdeslam n’a pas lésiné à dérouler toute sa foi au monde entier pour se justifier. « Je tiens à témoigner qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah, et Mohammed est son messager », a-t-il laissé entendre. Cette phrase n’a pas manqué d’avoir son effet sur l’auditoire. Mais le président de la cour ne tarde pas à y répondre. « D’accord. Nous aurons l’occasion d’y revenir ».

Salah Abdeslam a eu l’occasion de se présenter lui-même au cours du procès. Il n’a pas hésité à répondre qu’il est combattant d’un groupe terroriste. « J’ai délaissé ma profession pour devenir combattant de l’Etat islamique », a-t-il affirmé.
Le procès s’est poursuivi et beaucoup des personnes qui ont perdu des proches dans les attentats ont exprimé leur avis sur les propos de Salah Abdeslam. C’est le cas de Patrick Jardin. « Je crois que c’est le vrai message démocratique qu’il faut avoir aujourd’hui. Sinon, on va passer neuf mois à commenter les phrases à moitié finies de types pas extrêmement lucides », a-t-il dit.

Habib Freddy TIKO

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *