Connectez-vous

Santé

Covid-19 : Impératif de la vaccination pour les membres du personnel soignant français

Publié

le


Les soignants ne sont pas épargnés de la Covid-19. Voilà pourquoi, il leur faut inévitablement se faire vacciner. C’est ce qui a été compris de l’entrée en vigueur de l’obligation pour tous les soignants se trouvant en France de se faire vacciner. Il s’agit d’un décret qui entre en vigueur à partir de la journée de ce Mercredi 15 Septembre. Le président français l’avait déjà annoncé il y a deux mois à en croire les informations. Il ne s’agit d’un acte facultatif. Sans la vaccination, le personnel des hôpitaux, les soignants des maisons de retraite, les aides à domicile ou les pompiers ne pourront pas être admis à exercer.


Une dose de vaccin au moins. C’est ce qu’impose le président français Emmanuel Macron aux agents de santé de la France. Il s’agit d’un décret émis depuis environ deux mois, décret qui n’entre en vigueur que dans la journée de ce Mercredi 15 Septembre 2021.
Ils sont au nombre de 2,7 millions de personnes à être dans le domaine de la santé. Qu’il s’agisse des professionnels des hôpitaux, des centres de santé ou des maisons de retraites, des aides à domicile, des ambulanciers ou encore des sapeurs-pompiers, il devient une obligation à partir de ce Mercredi 15 Septembre de recevoir au moins une première dose de vaccin.
A en croire les informations diffusées par France 24, selon la loi du 5 Août, « ceux qui ne peuvent justifier d’une première injection, d’une contre-indication vaccinale ou d’une contamination récente « ne peuvent plus exercer leur activité » ».

Ils doivent être un nombre important à se trouver dans ce cas. Selon les informations mises à la disposition des médias par Santé Publique France (SpF), 89,3% des agents de santé français ont reçu au 12 Septembre dernier au moins une première dose de vaccin.
Comme si le vaccin conduisait à la mort, plus d’un pense que les agents de santé eux-mêmes ne se fient pas au vaccin anti-covid. Florence Arnaiz-Maumé, la secrétaire générale du Synerpa, a confié que des « 300 000 à 350 000 salariés du secteur, on peut s’attendre à environ 3 000 contrats de travail suspendus dans les prochains jours ».
Pour le président de la Fédération Hospitalière de France (FHF) Frédéric Valletoux, il s’agit de réfraction dans le cas de ceux qui s’y opposeront. « On trouvera évidemment quelques centaines ou quelques milliers de réfractaires », a-t-il dit.


Habib Freddy TIKO

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *