Connectez-vous

Politique

Décès de Charles Konan Banny: Dr Yacouba Fassassi salue la mémoire d’un gouverneur hors pair

Publié

le

Ancien Conseiller spécial du Gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique (BCEAO), Docteur Yacouba Fassassi a rendu hommage à Charles Konan Banny. Un intellectuel de qualité qu’il a côtoyé durant des années.

Hommage au Gouverneur Charles Konan Banny.

Mon Gouverneur, comme tu le sais, je suis un de tes fidèles collaborateurs.
Nos chemins se sont croisés quand tu as signé un accord historique avec le Fonds monétaire international ( où j’étais un cadre économiste) pour me mettre au service de l’État membre du Bénin pour servir la Présidence de la République via la BCEAO. Et cet accord ne pouvait pas se concrétiser sans ton implication personnelle et ton appui indéfectible. Tu m’as accompagné tout au long de ma mission auprès de toi à la BCEAO et à la Présidence de la République du Bénin.
Au Bénin tu m’as fait installer au 10ème étage de l’immeuble flambant neuf de la BCEAO à Cotonou en attendant la réfection du palais de la République du Bénin. C’est donc au 10ème étage de l’immeuble de la BCEAO que j’ai d’abord logé la Cellule macro-économique de la Présidence de la République et c’est là où j’ai fait venir de Dakar au Bénin mon ami Dr Boni Yayi alors agent de la BCEAO qui devint plus tard Président de la République du Bénin.
De collaborateur je suis devenu ton ami et ton confident. Je viens rendre hommage non pas seulement à un géant de l’histoire contemporaine de la Côte d’Ivoire mais à un grand Africain au sens noble et hélas, aujourd’hui,rare du terme. Un sage, un patron généreux et affable tout en étant rigoureux. Je n’oublie pas tes conseils avisés.
Tu me disais que c’est Dieu Seul qui donne le pouvoir et ce qu’il faut cultiver plutôt c’est le travail bien fait pour être le meilleur quel que soit le niveau de responsabilité que Dieu vous assigne dans la société, car tu disais : vous êtes en mission sur cette terre et il faut donc servir avec abnégation et esprit de responsabilité.

Advertisement

Tu avais aussi l’habitude de me dire que le pouvoir rappelle une mise en scène tragi-comique: chacun vient, il joue un rôle puis après il disparaît derrière le rideau! Il faut donc être un bon chef pour laisser de bons souvenirs dans cette mise en scène humaine afin qu’il y ait  plus de comédie que de tragédie.

Ton constat amer me confiais-tu : » Malheureusement pour beaucoup d’Africains, le pouvoir c’est les honneurs et les ors de la République, les cortèges avec des motards et des sirènes, oubliant leur mission de chefs épris de justice, de développement partagé qui sont les seuls éléments porteurs et les  gages de paix et de concorde nationale ». Car comme tu le répétais souvent:  » Il ne peut pas y avoir de développement économique durable sans la paix et la concorde. »
Monsieur le Gouverneur, tu nous laisse l’exemple d’une vie exceptionnelle, tu as mené une vie aux services des autres, de tous les Africains qui t’ont pratiqué et ce qui ne t’a jamais empêché de rester très attentif et proche des Ivoiriens, tes compatriotes dans leur quête pour une paix durable et une prospérité enviable dont tu es notoirement un des artisans infatigables.
Mon cher Gouverneur, tu es parti, je ne te verrai plus. Ton rire, ton sourire, tes bonnes blagues sont souvenirs. Et il restera toujours de toi ta bonne humeur légendaire et ton sens aigu de l’humour dénué de toute dérision, ironie ou esprit fantaisiste. Saches que le poids de tes bonnes œuvres demeure éternel.
Il restera de toi ce que tu as donné au lieu de le garder dans des coffres rouillés. Il restera de toi ce que tu as semé, et ce que tu as semé en nous autres que tu as aidés de tout cœur va germer en toi.
Saches mon cher Gouverneur, mon ami et patron que comme c’est écrit dans le Saint Coran: « Seuls pourront aller à Dieu ceux qui vont à Dieu avec un cœur sain « 
Vas maintenant à Dieu mon cher Charles Konan Banny, un grand homme de paix au bon cœur sain. Un cœur sans aucune haine, ni rancœur ni rancune.
Dieu t’accueillera dans Son Paradis Firdaws comme promis dans Son Livre Saint, le Coran:  » Le Jour où ni les biens matériels, ni les enfants ne seront d’aucune utilité, sauf celui qui vient à Allah avec un cœur sain « 
( Le Coran Sourate 26 versets 88-89)

Dr Yacouba Fassassi
Ancien Conseiller spécial du Gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
Ancien Conseiller spécial des Présidents de la République du Bénin.
Economiste Principal du Fonds monétaire international ( FMI) à la retraite.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *