Connectez-vous

Actualité

Centrafrique : 450 casques bleus gabonais renvoyés

Publié

le

Persona non grata! C’est le statut peu glorieux de 450 Casques bleus gabonais, qui, ont été renvoyés de Bangui, par l’Organisation des Nations Unies.

Ils sont accusés d’exploitation et d’abus sexuels. Les faits sont graves, s’ils sont confirmés bien entendu, mais loin d’être inédits dans l’histoire des missions onusiennes. Ces soldats gabonais n’ont fait que confirmer la réputation de «chauds lapins», à eux attribués en 2015, ce qui leur a valu d’être soumis à une surveillance particulière, depuis 2017. Ce qui ne les a pas empêchés de tomber encore dans le péché. Comme le dit l’adage, «qui a bu boira»! C’est donc sans hésiter que Libreville a décidé d’ouvrir une enquête sur la sexualité un peu trop débridée de ses soldats sous bannière bleue, en territoire centrafricain.

Les autorités gabonaise promettent, contre les auteurs des faits, si ceux-ci sont avérés, qu’ils seront «traduits devant les tribunaux militaires et jugés avec une extrême rigueur». Des investigations sont alors lancées, mais qui pourraient bien connaître le même sort que nombre de ces autres enquêtes menées sur des accusations de crimes et délits sexuels portées contre les Casques bleus sur les bords de l’Oubangui, et qui n’ont jamais abouti. En tout cas, leurs résultats n’ont pas été révélés au public. Même si pour les mêmes fautes, ou d’autres semblables, des contingents ont été remerciés!

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *