Connectez-vous

Politique

Insécurité judiciaire au Togo: Abdoulaye Yaya tance les magistrats véreux et promet nettoyer les écuries

Publié

le

« La formule consacrée, la veuve et l’orphelin viennent à nous. Au lieu de les aider, nous les rançonnons, nous les racketons. Il peut arriver même que des prisonnières soient enceintées par des juges. » C’est le constat amère fait par Abdoulaye Yaya, président du Conseil supérieur de la magistrature, président de la cour suprême. Contre les magistrats togolais, l’homme a dressé un long réquisitoire en condamnation.

Après avoir dénoncé les mauvaises pratiques des magistrats togolais, le président de la Cour suprême, président du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) revient à la charge. Abdoulaye Yaya dénonce une nouvelle pratique des juges togolais: L’ouverture à domicile d’ « églises privées » vers lesquelles ils drainent des justiciables.

« Il nous est parvenu des informations vérifiées, avec preuves contenues dans des dossiers en notre possession, que certains magistrats ont ouvert des officines en leur domicile, tenant lieu d’appendices ou de tribunaux annexes » », déplore Abdoulaye Yaya dans une note de service.

Advertisement

Le président du Conseil Supérieur de la Magistrature révèle que « D’autres magistrats ont ouvert des églises privées ».

Abdoulaye Yaya précise que ces juges drainent des justiciables vers leurs officines pour des consultations ou règlements pastoraux « contre des espèces sonnantes et trébuchantes arrachées à ces justiciables ».

« Ces deux (02) pratiques hérétiques aux yeux de la loi et de la foi doivent immédiatement cesser, Faute de quoi, leurs auteurs répondront de leurs actes avec toute la vigueur des règles disciplinaires », a ordonné A. Yaya.

Le président de la Cour suprême affirme que les populations justiciables sont suffisamment éprouvées pour « subir ces actes indignes » des juges.

Pour finir, il invite les chefs des Cours et Tribunaux à faire suite à sa note de service à laquelle il attache du prix.

Advertisement

Par ailleurs, il faut préciser que cela fait huit (8) mois que Abdoulaye Yaya est en poste et sa priorité, c’est de résoudre les dysfonctionnements du système qu’il impute aux pratiques douteuses de certains magistrats.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *