Connectez-vous

Actualité

Mali: un soldat français tué dans un combat

Publié

le

Le soldat français, le caporal-chef, Maxime Blasco tué dans un combat contre des terroristes au Mali. L’annonce a été faite vendredi par L’Elysée. Le communiqué de la présidence de la République française précise que c’est le caporal-chef âgé de 35 ans, Maxime Blasco du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces, en Isère, qui est mort au combat « contre un groupe armé terroriste » dans la matinée du vendredi 23 septembre.

La note de l’Elysée a fait part de « l’émotion particulièrement vive » du président Emmanuel Macron, qui « réaffirme la détermination de la France dans son combat contre le terrorisme ».

L’état-major des Armées a indiqué que la victime a été tuée « au cours d’une opération de reconnaissance et de harcèlement » dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, sur la zone dite des Trois frontières où les attaques sont concentrées et éprouvent le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Advertisement

« Des éléments d’un groupe armé terroriste ont été détectés par un drone Reaper tôt dans la matinée, dans la forêt de N’Daki. Une patrouille de deux hélicoptères d’attaque a été rapidement engagée pour les neutraliser », explique l’état-major qui a poursuivi dans son texte qu’un groupe de commandos a ensuite été déployé au sol et « a été pris à partie à courte distance par d’autres éléments du groupe armé terroriste ».

L’état-major de l’Armée française a noté ensuite dans son texte qu’« au cours de cette action, le caporal-chef Maxime Blasco a été touché par un tireur embusqué ». Il a rapidement succombé à ses blessures, selon le communiqué de l’armée.

Le décès du caporal-chef Maxime Blasco qui avait reçu en juin dernier la médaille militaire « pour la valeur exceptionnelle de ses services » porte à 52 le nombre de soldats français tués au combat au Sahel depuis 2013 dans les opérations que les Forces françaises (Serval et Barkhane) ont mené contre les terroristes.

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *