Connectez-vous

Politique

Lutte contre la COVID-19 : l’espoir renaît en Afrique selon Boni Yayi

Publié

le

Dans les différentes tribunes que j’ai animées sur ma page Facebook, j’ai estimé que la lutte contre la COVID-19 ne peut pas se priver d’une distribution équitable des vaccins dans le monde y compris les pays à faible revenu. La lutte doit s’accentuer sur un accès consenti de tous à la vaccination. Alors que certaines régions enregistrent un taux de vaccination avoisinant 80 – 95% (États-Unis, Europe etc. ), le taux en Afrique demeure largement en deçà de l’espérance.

Dans mes parutions, j’ai encouragé l’accroissement massif de l’exportation, sous l’autorité de COVAX/ OMS, des vaccins de qualité vers les régions en développement notamment l’Afrique.

Outre ces exportations, l’heure est venue de promouvoir la délocalisation des usines de production par les laboratoires spécialisés, autorisés à transférer leur technologie et leur savoir faire. La question de verser les brevets dans le domaine public pourrait être par la suite envisagée.

Advertisement

C’est à ce titre que je félicite MODERNA, le premier laboratoire à verser son brevet dans le domaine public et de décider d’installer dans un pays africain une usine d’une capacité de 500 millions de doses par an.

Par ailleurs, je me félicite de la décision de certains laboratoires pharmaceutiques allant dans le sens de la délocalisation en Afrique de la production, comme l’attestent les informations largement relayées par les médias ces derniers jours. En effet, le laboratoire allemand BioN-Tech associé de Pfizer pour le vaccin contre la COVID décide de construire deux usines de vaccin en Afrique dès 2022 : une au Rwanda et une au Sénégal. Mieux, ce laboratoire décide d’appliquer la technologie de L’Arn messager dans la lutte contre la tuberculose et le paludisme.

Je nourris l’espoir que les laboratoires des autres pays producteurs comme la Chine, la Russie, l’Inde s’investissent dans cette vision de délocalisation.

La bataille contre la COVID doit être gagnée sans discrimination pour préserver la santé de nos peuples et les mesures d’accompagnement doivent y contribuer. C’est le sens de mes lettres signées et co-signées par le Cabinet de l’Ancien Premier Ministre Gordon Brown du Royaume-Uni envoyées au Pape François et au Premier ministre Italien Draghi pour examen à la réunion du G20 en Italie.

Je ne terminerai pas sans lancer un appel à l’Union Africaine pour installer une Commission Africaine du Monde des Sciences pour sécuriser, en partenariat avec l’OMS/COVAX, la qualité des vaccins qui seront produits par ces laboratoires privés sur notre continent à l’image de l’expérience des États-Unis et de l’Europe.

Advertisement

Enfin, il devient de plus en plus nécessaire que les institutions de financement de développement (la Banque Mondiale, le FMI, la BAD etc…), le secteur privé et les Fondations philanthropiques accompagnent cette vision en subventionant largement les productions pour préserver le pouvoir d’achat des candidats à la vaccination en Afrique et soutenir les autres mesures d’accompagnement.

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *