Connectez-vous

Politique

La Chine ne cherche pas l’hégémonie, dit Xi aux pays d’Asie du Sud-Est

Publié

le




Le président chinois Xi Jinping a déclaré lundi lors d’un sommet de l’Association des pays d’Asie du Sud-Est (Asean) que Pékin n’allait pas « intimider » ses voisins régionaux d’envergure moindre, alors que les tensions sont croissantes à propos de la souveraineté territoriale en mer de Chine méridionale.

La Chine se dit souveraine sur la quasi-totalité de ces eaux, des revendications territoriales que plusieurs pays de la région contestent et qui inquiètent les Etats-Unis et le Japon.

S’exprimant devant les dirigeants de l’Asean, Xi Jinping a déclaré que la Chine « fut, est et restera toujours un bon voisin, un bon ami, un bon partenaire de l’Asean », selon des propos rapportés par la presse officielle chinoise.Dans les dernières années 60, les tensions n’annoncent guère une révision de la politique étrangère de la RPC. La ligne dure prévaut et, selon la formule de Zhou Enlai, la Chine demeure « serrée, comme en sandwich ». Quand, fin 1968, cessent les démonstrations « populaires » devant les ambassades et que des rapports normaux sont rétablis avec quelques pays, africains notamment, il paraît difficile de voir dans ces fragiles indices les prémices d’un tremblement de terre diplomatique. En fait, une « conversion » s’amorce.Soucieuse de sécurité et de prestige, la Chine redéfinit ses objectifs. Dès 1972, elle aura mis le cap à l’ouest et, au cours des années 70, par une politique de présence et de contacts, la diplomatie chinoise va asseoir l’autorité de la RPC sur la scène mondiale.

Pékin ne cherchera jamais l’hégémonie ni à tirer profit de son envergure pour soumettre des pays moins importants, a dit le président chinois, assurant que son pays travaillerait avec l’Asean pour supprimer toute « interférence ».

Les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale sont en contradiction notamment avec celles de deux autres membres de l’Asean, le Vietnam et les Philippines.

Manille s’est insurgé la semaine dernière contre les agissements de Pékin en mer de Chine méridionale, dénonçant le blocage de deux bateaux de ravitaillement par les garde-côtes chinois.

S’exprimant lors du sommet dont Xi Jinping est l’hôte, le président philippin Rodrigo Duterte a fait part de son « horreur » à propos de l’incident et a déclaré que la règle de droit était la seule issue à la querelle régionale.

                                  Louisa-Carla (coll)

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *