Connectez-vous

Actualité

États-Unis: l’inflation plombe le budget des américains à l’approche de la saison des fêtes

Publié

le

Aux États-Unis, l’inflation s’installe et les problèmes d’approvisionnement persistent malgré les efforts de l’administration Biden. Une situation qui affecte le pouvoir d’achat des Américains qui entament la saison des fêtes ce jeudi avec Thanksgiving. Des célébrations qui risquent de coûter plus cher que jamais.

Dans ce supermarché du Bronx, Lizbeth Rodriguez réapprovisionne les étagères du rayon frais et colle les étiquettes de prix sur les produits. « Tout augmente tellement. Tout ! un dollar, 50 centimes, 25 centimes… Les gens s’en plaignent, mais bon, ce n’est pas ma faute », déplore-t-elle.
La nouvelle poussée des prix va nourrir le débat politique. Les républicains se sont déjà saisis des premières hausses de prix pour critiquer l’action de l’administration Biden, notamment ses plans de sauvetage . Les causes sont en réalité multiples, depuis la hausse des cours du pétrole jusqu’à l’arrêt d’un oléoduc perçu comme un effet déclencheur de la hausse des prix dans l’énergie au printemps.
Le prix de la viande a augmenté de 10% cette année


La faute est en fait aux problèmes d’approvisionnement qui touchent tous les domaines aux États-Unis. La faute aussi à la hausse des prix du carburant et au manque de main d’œuvre. Tout coûte donc plus cher. Le prix de la viande a ainsi augmenté de 10% cette année. Celui d’autres produits de 4%. Les repas de fête devraient être les plus chers de l’histoire du pays.

Alors certains s’organisent. « J’ai commencé à faire mes courses pour le repas de Thanksgiving il y a trois semaines. Et quand j’ai acheté mes blancs de dinde, c’était déjà beaucoup plus cher que les années d’avant », explique une cliente du supermarché.

Guetter les promotions
Maryline guette les promotions pour stocker autant de produits qu’elle peut. Surtout les ingrédients les plus utilisés pour les fêtes. Elle n’est pas la seule à faire ça et avec les problèmes d’approvisionnement, cela n’est pas sans conséquences. « Si vous cuisinez pour Noël, vous entrez au magasin et parfois toute la farine est déjà partie ! », explique-t-elle.
Le nouvel indicateur met aussi la pression sur la banque centrale. Début novembre, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a estimé que l’inflation pourrait bien ne redescendre qu’à compter du deuxième ou du troisième trimestre l’an prochain. Les prix bénéficieront alors notamment d’un effet de base, le mouvement de hausse ayant lui aussi démarré au printemps cette année. La Fed a reconnu que les goulets d’étranglement étaient plus longs à se résorber que prévu, et que l’inflation « élevée » reflétait « en grande partie des facteurs qui devraient être transitoires », avec un emploi du conditionnel nouveau.
Face à cette situation, de nombreux Américains optent pour un grand repas de famille pour les fêtes de Thanksgiving. Une façon de mutualiser les courses et de dépenser moins d’argent.

                                                                                                                             Louisa-Carla (coll)

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *