Connectez-vous

Actualité

La compagnie aérienne biélorusse réduit sa flotte de moitié

Publié

le

La compagnie aérienne publique biélorusse Belavia a dit vendredi avoir été contrainte de réduire sa flotte de moitié en raison des sanctions imposées par l’Union européenne.

Belavia, qui exploitait jusqu’ici 14 Boeing et 15 Embraer, ne fait plus voler que quinze appareils.La compagnie, la seule de Biélorussie, est accusée par les Occidentaux d’avoir organisé des vols de migrants du Proche-Orient vers la Biélorussie dans le cadre de manoeuvres de Minsk pour déstabiliser l’UE.



« Notre économie est soumise à une pression externe d’une échelle et d’une ampleur sans précédent », a estimé le président biélorusse Alexandre Loukachenko, dont la réélection en août 2020 a donné lieu à de vastes manifestations de l’opposition violemment reprimées par le pouvoir.

Plus de la moitié de la flotte aérienne biélorusse appartient à des entreprises irlandaises, qui louent des avions par des contrats dits de leasing. Ce sont des appareils irlandais, donc, loués à la compagnie aérienne Belavia, qui ont transporté au moins une partie des migrants irakiens, syriens, yéménites jusqu’aux frontières polonaise et baltes.

Position inconfortable
Si le cinquième train de sanctions européennes contre Minsk est validé, les activités du transporteur national Belavia seront restreintes, et donc, par extension, celles des compagnies de leasing irlandaises. Ce qui place le gouvernement irlandais dans une position inconfortable. 


Officiellement, Dublin soutient les sanctions européennes, mais le ministre des Affaires étrangères, Simon Coveney, pousse pour que les sanctions ne concernent que les contrats futurs. Car si les accords de leasing actuels sont rompus, il faudra obtenir l’autorisation de la Biélorussie pour rapatrier les avions, les réenregistrer dans un nouvel espace aérien.

                                                                                                                                     Louisa-Carla (coll)

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *