Connectez-vous

Actualité

Immigration aux États-Unis: le programme «Restez au Mexique» réactivé

Publié

le

Ce lundi 6 décembre Washington va réactiver avec Mexico une partie du contesté PPM (Programme de protection des migrants). Il prévoit que tous les demandeurs d’asile attendent la réponse des États-Unis au Mexique, pays de transit pour la plupart, et non pas sur le sol américain. Rebaptisé « Restez au Mexique » (« Remain in Mexico »), cet accord, qui date de la présidence Trump, avait été suspendu par l’administration Biden. Mais la justice a annulé cette décision fin août.

Joe Biden avait promis une politique migratoire plus humaine que celle de son prédécesseur Donald Trump, mais la justice lui met des bâtons dans les roues. Le président avait suspendu le programme PPM peu après sa prise de fonction. Mais le Missouri et le Texas ont porté l’affaire devant les tribunaux, et la Cour suprême a tranché en leur faveur, en ordonnant la reprise des expulsions de demandeurs d’asile vers le Mexique.

Des voyageurs en provenance du Mexique arrivent aux États-Unis après la réouverture des frontières
L’administration démocrate se voit donc obligée de remettre en route des mesures qu’elle désapprouve : selon la porte-parole de la Maison Blanche, le programme PPM impose des coûts humains injustifiables et détourne des ressources et du personnel dont le pays a besoin sur d’autres dossiers.

Pendant le mandat de Donald Trump, plus de 60 000 personnes ont été expulsées vers le Mexique. Beaucoup se sont retrouvées sous la coupe des réseaux criminels et dans des conditions de vie inhumaines, selon les organisations des droits de l’Homme.

Le Mexique a donné son accord pour une réactivation du programme dès le 6 décembre et promis de ne pas renvoyer dans leur pays d’origine les personnes qui ont déjà une date de rendez vous aux États-Unis pour le traitement de leur demande d’asile.

En Aout  2021,dans le cadre du programme « Rester au Mexique » de l’ancien président Donald Trump, des dizaines de milliers de demandeurs d’asile non mexicains – pour la plupart originaires d’Amérique centrale – ont été renvoyés au-delà de la frontière en attendant l’issue de leur demande.

L’administration de M. Biden a rapidement commencé à démanteler cette politique controversée, officiellement appelée « Protocoles de protection des migrants » (PPM).

Cette initiative a fait son chemin dans le système judiciaire américain, incitant l’administration Biden à demander à la Cour suprême de suspendre le rétablissement du programme.  

Dans une brève ordonnance non signée, la haute cour a déclaré mardi que « la demande de sursis… est rejetée ». Selon le document, les trois juges progressistes de la Cour-Stephen Breyer, Sonia Sotomayor et Elena Kagan – ont déclaré qu’ils auraient autorisé la suspension.  

L’affaire peut maintenant se poursuivre à un niveau inférieur, devant une cour d’appel.  

Le département de la sécurité intérieure (DHS) de M. Biden a déclaré qu’il « regrette que la Cour suprême ait refusé d’accorder un sursis ».  

Il a ajouté que « pendant que la procédure d’appel se poursuit, le DHS se conformera toutefois à l’ordonnance en toute bonne foi ».Les groupes de défense des droits des immigrants ont également protesté contre l’ordonnance de la Cour suprême.  


                                                                                                                            Louisa-Carla(coll)

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *