Connectez-vous

Actualité

Israël : vise une cargaison d’armes iraniennes au port de Lattaquié en Syrie

Publié

le

Des frappes aériennes israéliennes ont atteint mardi 7 Décembre,une cargaison d’armes iraniennes stockée dans un terminal à conteneurs du port de Lattaquié, dans l’ouest de la Syrie, une première contre ces installations stratégiques, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant notamment des positions des forces iraniennes et du Hezbollah, qui combat aux côtés du régime de Damas.

Les missiles israéliens ont visé « directement une cargaison d’armes iraniennes dans le terminal à conteneurs » à l’intérieur du port, ce qui a entraîné « de violentes explosions et des dégâts matériels conséquents, sans faire de victimes », selon l’OSDH, une ONG basée au Royaume-Uni et qui dispose d’un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

C’est la première fois qu’Israël vise le port de Lattaquié, principal port du pays, depuis le début du conflit en 2011, a déclaré à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahman.


« Vers 01H23 (23H23 GMT lundi), l’ennemi israélien a effectué un raid aérien avec plusieurs missiles visant le parc à conteneurs du port commercial de Lattaquié », a indiqué plus tôt une source militaire syrienne citée par l’agence de presse officielle syrienne SANA.

Ce bombardement a mis le feu à « un certain nombre de conteneurs commerciaux », sans faire de victimes, a-t-elle précisé, évoquant une « riposte de nos défenses anti-aériennes ».

Il s’agit d’une attaque très inhabituelle contre le port de Lattaquié, une installation vitale qui permet d’acheminer une grande partie des importations syriennes dans ce pays déchiré par la guerre et par laquelle l’Iran acheminerait des armes à ses milices dans le pays, notamment l’armée terroriste libanaise Hezbollah.

Bien qu’Israël ait régulièrement mené des raids contre des cibles liées à l’Iran en Syrie, il frappe rarement à proximité de Lattaquié, et encore moins à l’intérieur du terminal, car l’armée russe maintient une base d’opérations à proximité. En raison de ses relations délicates avec Moscou, Israël s’abstient généralement de mener des attaques contre des cibles s’il y a des troupes russes à proximité, mais Israël estime que cette politique bien connue a conduit l’Iran à chercher à protéger ses transferts d’armes en les menant près des zones contrôlées par la Russie.

Le gouvernement affirme avoir repris Dessie et Kombolcha, les rebelles en difficulté
La défense anti aérienne syrienne a été activée, rapporte SANA. Des photos publiées par l’agence montrent un incendie dans le parc à conteneurs. « Les équipes de pompiers ont maîtrisé l’incendie qui s’est déclaré dans le port de Lattaquié à la suite de l’agression israélienne », selon la télévision d’Etat.

Plusieurs photos et extraits de vidéos diffusés par SANA à l’aube ont montré le déclenchement du feu au milieu de dizaines de conteneurs. Peu de temps après, les pompiers « sont parvenus à éteindre l’incendie », selon l’agence.

Israël confirme très rarement ses attaques en Syrie voisine, mais affirme régulièrement que l’Etat hébreu ne permettra pas à ce pays de devenir la tête de pont des forces de la République islamique d’Iran, son ennemi juré.

L’Iran, considéré comme le principal allié régional du régime syrien, a fourni une aide politique, économique et militaire à Damas depuis le début du conflit en 2011.

Israël a récemment intensifié la fréquence de ses frappes en Syrie et trois militaires ainsi que deux miliciens syriens affiliés au Hezbollah ont été tués le 24 novembre lors d’une série de frappes précédente visant des zones où le Hezbollah libanais pro-iranien est implanté dans le centre de la Syrie selon l’OSDH.

Le 3 novembre, des frappes aériennes ont visé des dépôts d’armes et de munitions appartenant à des combattants affiliés à l’Iran dans la banlieue de Damas, selon l’OSDH.

Fin octobre, cinq combattants affiliés à l’Iran ont été tués dans une frappe israélienne contre plusieurs positions dans la banlieue de la capitale syrienne, selon l’OSDH qui a également fait état de la mort de 9 combattants pro-iraniens lors d’une frappe israélienne au milieu du même mois, dans la banlieue est de Homs. Damas avait alors annoncé la mort d’un soldat syrien.

La Syrie connaît un conflit sanglant depuis 2011 qui a causé la mort d’environs 500.000 personnes et d’énormes destructions des infrastructures, entraînant un déplacement forcé de millions de personnes à l’intérieur et en dehors du pays.

                                                                                                                              Louisa-Carla(coll)

Advertisement
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *