Connectez-vous

Economie

USA : Le Sénat adopte un projet de loi nécessaire pour le relèvement du plafond de la dette

Publié

le

Le Sénat américain a approuvé jeudi le premier de deux projets de loi nécessaires pour le relèvement du plafond de la dette fédérale et éviter un éventuel défaut de paiement.

Le Sénat a adopté le texte par 59 voix contre 35. Dix républicains ont soutenu le projet de loi.

Mercredi, la Chambre des représentants avait voté par 222 voix contre 212 en faveur de ce projet de loi. Un seul républicain avait soutenu la mesure.

Le président américain Joe Biden devrait rapidement signer le texte, ce qui permettrait à une deuxième mesure visant à augmenter la capacité d’emprunt du gouvernement, d’être adoptée dans les jours qui viennent.

« Je suis optimiste quant au fait qu’après le vote d’aujourd’hui, nous serons sur la bonne voie pour éviter un défaut de paiement », a déclaré le chef de la majorité démocrate au Sénat américain, Chuck Schumer.

La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, avait exhorté le Congrès à relever le plafond de la dette avant mercredi prochain.

Le Congrès devrait se prononcer sur la deuxième mesure nécessaire pour parvenir à un relèvement du plafond de la dette d’ici mardi prochain.

Le Congrès est aussi confronté à une autre échéance urgente: le rehaussement du plafond de la dette. Le gouvernement fédéral s’approche de sa limite d’emprunt de 28 900 milliards de dollars, ce qui signifie que les élus doivent autoriser le Trésor à emprunter de l’argent ou se trouver en situation d’insolvabilité, ce qui pourrait déclencher une catastrophe économique.

Le vote a mis fin à des semaines de suspense quant à la possibilité que Washington soit plongé dans une fermeture du gouvernement, à un moment où les responsables craignent que la variante Omicron du COVID-19, potentiellement dangereuse, ne se propage davantage aux États-Unis.

Un arrêt des activités du gouvernement aurait pu entraîner le licenciement d’une partie du personnel travaillant à la riposte contre le coronavirus. La VOA, entité financée par le contribuable américain, aurait aussi subi un impact.

                                                                                                                                            Louisa-Carla (coll)

Advertisement

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *